Interdiction du Préfet : Pastef et Frapp remettent leur marche au 2 mars prochain.


La coordination du parti Pastef de Dakar et le Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP) ont organisé une conférence de presse conjointe, ce mercredi 24 février 2021, pour faire le point sur leur marche qui était prévue ce jour à la place de la nation.

Suite à l’interdiction de ce rassemblement par le préfet, le porte-parole du jour, Abdou Samath Diokhané, a confirmé que c'est hier que le préfet Alioune Badara Samb leur a indiqué l'interdiction de cette marche. Cependant, ils ne comptent pas abdiquer face aux mesures prises par l’autorité de Dakar. 

Ainsi Abdou Samath Diokhané et Cie ont pris la décision de reprogrammer la marche pour le 2 mars 2021. « Au moment où on parle, nos jeunes sont déjà partis à la préfecture de Dakar pour déposer une déclaration de marche ».

Ainsi, pour le jour-j, leur plan d’action consiste à faire une marche de 14 heures à 19 heures en quittant la place de l’indépendance jusqu’au palais présidentiel. En cette période de Covid-19, où les rassemblements sont fortement interdits, Diokhané de promettre qu’ « ils vont respecter tous les gestes barrières, allant du port de masques, l'utilisation de gel hydro alcoolique au respect de la distanciation physique. » Il n'a pas manqué de fustiger les rassemblements des autorités étatiques, pointant du doigt la tournée économique du président de la république, l'inauguration des ponts à Dakar et pas plus tard qu'hier lors du lancement de la campagne de vaccination au ministère de la santé. "Donc on ne va pas nous empêcher de faire notre manifestation", dira t-il.

Lors de cette rencontre avec la presse, « les patriotes » et membres de FRAPP, n’ont pas loupé l’occasion pour  dénoncer les arrestations ainsi que les détentions de leurs camarades de parti et activistes. 

« On a appris aussi hier que nos camarades Birame Souleye Diop, administrateur du parti Pastef et Abass Fall sont placés sous mandat de dépôt, les autres sous contrôle judiciaire. Cette situation prouve que le pouvoir en place et la justice, ont comme projet de faire disparaître toutes les personnes qui ont des idées différentes de celles du gouvernement », a clamé Abdou Samath Diokhané.

Pour terminer, Pastef Dakar et Frapp Dakar déclarent qu’ « ils ne sont pas des personnes qui vont céder à l'intimidation ».
Mercredi 24 Février 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :