Injures et diffamation : Comment le contentieux Excaf Télécoms - Ligue Pro a atterri au tribunal... Un préjudice de 800 millions réclamé.

C’est le 5 décembre prochain que se tiendra, devant la première chambre du tribunal correctionnel de Dakar, le procès opposant Excaf Télécoms à la Ligue sénégalaise de football professionnel (Lsfp). Des membres de l’instance dirigée par Saër Seck, vice-président de la fédération sénégalaise de football (FSF), sont renvoyés devant la juridiction de jugement à la suite d’une plainte de Sidy Oumar Massar Diagne, DG du groupe de presse.


Injures et diffamation : Comment le contentieux Excaf Télécoms - Ligue Pro a atterri au tribunal... Un préjudice de 800 millions réclamé.
Au lendemain du tollé provoqué par la signature du contrat de sponsoring liant l’entreprise chinoise Star-Times à la Ligue sénégalaise de football professionnel (Lsfp), le groupe Excaf Télécoms a porté plainte pour « injures et diffamation ». Les dirigeants sportifs Abdoulaye Ndiaye, Pape Malick Dièye, Mouhamed Djibril Wade, Amsatou Fall et Bécaye Ba ont été cités « en qualité de complices », si l’on en croit la citation directe, alors que Famara Soly de l’Association des managers et administratifs de football (Amaf) est considéré comme « l'auteur principal ». 

L’affaire sera jugée le jeudi 5 décembre 2019 devant le Tribunal de grande instance hors classe de Dakar, statuant en matière correctionnelle. La plainte du fils de feu Ben Bass Diagne fait suite à une conférence de presse organisée le 8 février 2019 par l’instance du football local. 

Dans cette rencontre, Famara Soly, porte-parole du jour disait : «  Le groupe Excaf et son DG, pour des raisons fallacieuses et mercantilistes, s’agitent pour jeter l’approbre sur la Ligue sénégalaise de football professionnel et son président ».  Par la même occasion, des « mandataires » de Saër Seck avaient donné leur sentiment dans la procédure entamée par le groupe Expo Carrefour Afrique dit Excaf Telecom pour attaquer le nouveau partenaire de la Ligue sénégalaise de football professionnel (Lsfp). 

Et Mouhamed Djibril Wade, vice-président de la Lsfp, par ailleurs Maire de Biscuterie, avait pris la parole « pour soutenir l'Amaf dans sa démarche de dénigrement, d'injures et de diffamation à l'encontre de Sidy Diagne et du groupe Excaf Telecom », lit-on dans la citation. Mieux, un communiqué de l’instance football local distribué à la presse évoquait notamment les agissements d’une « personne mal intentionnée et chercheur de gains faciles (Sidy Diagne) qui fait tout pour saboter le contrat de sponsoring entre Star Times et la Ligue Pro ». 

Dans un autre passage visé par la plainte, les mis en cause parlaient aussi des « difficultés et l’incompétence du groupe Excaf de pouvoir honorer un contrat d’exclusivité sur la TNT ». Puis, les dirigeants du football local ont rappelé à Excaf Telecom « la lourde condamnation qui lui a été infligée par le tribunal de commerce pour avoir frauduleusement repris les signaux de Canal+ et Sport TV Portugal ». 

Ils étaient convaincus que le sieur « Sidy Oumar Massar Diagne veut installer dans l’esprit des sénégalais le doute » quant à la signature du contrat de sponsoring entre Star Times et la Ligue Pro. Saër Seck et Cie avaient considéré le groupe de presse sis dans le domaine Industriel Sodida « comme un délinquant financier en conflit permanent avec la loi ». Son DG comme « un chef d’entreprise véreux, un DG fraudeur ».

Des propos qui, selon le patron de Excaf, sont « attentatoires à son honneur et à la réputation de son groupe de presse ». Pour le préjudice subi, Sidy Diagne réclame 300 millions à la Ligue sénégalaise de football. Pour laver l’honneur de Excaf Telecom, son avocat réclame 500 millions de Fcfa en guise de dommage et intérêts. L’ensemble du préjudice (à la fois moral et économique) est évalué à 800 millions de Fcfa...
Vendredi 22 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :