Indépendance agricole : « La covid-19 renseigne que l'autosuffisance alimentaire est une urgence » (Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture)


Indépendance agricole : « La covid-19 renseigne que l'autosuffisance alimentaire est une urgence » (Moussa Baldé, ministre de l’Agriculture)
La crise provoquée par la pandémie à coronavirus va inéluctablement affecter le secteur de l’agriculture. Ainsi, les dirigeants du continent noir doivent d'ores et déjà se pencher sur les questions de relance économique et particulièrement la souveraineté alimentaire qui peut être gage d’autosuffisance. Le ministre de l'agriculture, Moussa Baldé, au cours d'un panel avec d'autres autorités africaines sur Rfi, a évoqué la nécessité et l'urgence d’être autonome et indépendant en matière agricole. « Nous avons mené des politiques d'autosuffisance alimentaire depuis de nombreuses années. Pour ce qui concerne le Sénégal, vous savez que le riz est la principale denrée que nous mangeons la plupart du temps. Cependant, je dois avouer qu’avec l’arrivée du président Macky Sall, nous avons établi le plan macro-économique du Sénégal, qui est le plan Sénégal émergent.

Il y’a un programme dénommé programme d'accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise », expliquera le ministre de l'agriculture du Sénégal. Dans ce programme, un des volets est l'autosuffisance en riz qui était prévu à l'horizon 2017. «C'est vrai qu'en 2017 nous ne l'avons pas atteint numériquement car nous pouvions produire 1.600.000 tonnes de riz pour être autosuffisant, même s'il faut reconnaître que nous avions 1.000.000 de riz blanc» argumentera-t-il.

Toutefois, le ministre de l'agriculture aura reconnu que notre pays regorge de plusieurs cours d'eau comme le fleuve Sénégal etc... « Nous avons tous les facteurs pour avoir notre souveraineté alimentaire. Cependant, nous avons, en matière de subvention, une bonne politique à travers les intrants, les semences qui sont tous subventionnés », dira encore le président du Conseil départemental de Kolda.

Dans le cadre de la subvention,  un budget de 60 milliards pour notamment subventionner les semences d'arachide, de maïs, de riz. Nous venons de mettre en place 10.000 tonnes de semences certifiées au niveau du monde rural. Donc « la politique de subvention est bien réelle », selon toujours le ministre.

Même s’il précise devant le journaliste de  Rfi que le Sénégal  a connu une politique agricole coloniale avec le développement de l’arachide qui était instauré par les colons, mais également l’importation du riz au Sénégal, Moussa Baldé estime que les moyens et politiques sont là et bien enclenchés par le président de la République  qui œuvre pour que cette insuffisance alimentaire soit enfin une réalité.
Lundi 13 Juillet 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :