Incitation à la débauche : Ndéné Diop avait séquestré Ndèye Fatou Diouf et l'obligeait à coucher avec des hommes.


Incitation à la débauche : Ndéné Diop avait séquestré Ndèye Fatou Diouf et l'obligeait à coucher avec des hommes.
Ndéné Diop, Ngoné Badji et Amy Sène ont été attraits à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des faits de proxénétisme, incitation à la débauche d'une mineure nommée Ndèye Fatou Diouf, âgée de 20 ans. 









Il ressort des débats d'audience, que le sieur Ndéné Diop a été arrêté suite à une plainte déposée par la requérante Ndèye Fatou Diouf. Cette dernière avait saisi la police des Parcelles Assainies contre le prévenu. Interpellé pour défaut de carnet sanitaire, Ngoné Badji reconnaît avoir exercé des activités de prostitution, mais de temps en temps. Quant à Amy Sène, elle avoue avoir pratiqué la prostitution seulement, elle a perdu son carnet sanitaire. 









Devant le prétoire,  le prévenu Ndéné Diop a fait savoir que la nommée Ndèye Fatou Diouf m'a appelé en me disant qu'elle avait des problèmes avec sa famille. "Et en voulant l'aider, je lui ai demandé de venir chez moi. Je la laissais à la maison à chaque fois que je partais au travail. Je ne l'ai jamais mis en rapport avec un homme. Et ces femmes, qui étaient devant cette barre, sont mes amies et rien d'autre. Un jour, la police a débarqué chez moi, elle les a toutes embarquées alors qu'elles étaient juste venu me rendre visite", se dédouane-t-il.  



Le parquet lui a tout de même demandé si ces femmes recevaient leurs partenaires dans sa chambre. Ce qu'il a infirmé avant de préciser qu'il ne les a jamais mises en rapport avec des hommes. 







Divorcée et mère d'un petit garçon de 3 ans, Ndèye Fatou Diouf revient sur les faits. "Je travaillais en tant que ménagère. Et lorsque j'ai eu des problèmes avec ma famille qui est à Dalifort, il m'a proposé de venir chez lui et qu'il allait me trouver un travail meilleur que celui de femme de ménage. "Je n'ai jamais su que c'était pour des activités de prostitution. Au final, il m'obligeait à me prostituer et si je refusais, il me battait. Si d'aventure, j'encaissais 50 000 francs, il me donne 15 000 francs et reprenait le reste de l'argent. Je suis restée 10 jours chez lui et je commençais à tomber malade. C'est ainsi qu'il m'a été conseillé d'aller à la police pour le dénoncer. Parfois, il couchait même avec moi," explique-t-elle. 



Le parquet lui a posé la question de savoir, pourquoi elle ne s'est pas enfuie au premier jour ? La plaignante déclare que le sieur Ndéné Diop exerçait une surveillance stricte sur elle. "Il me surveillait de très près. Même, quand je voulais aller rendre visite à mon enfant, il m'en empêchait et me menaçait de partager des vidéos qu'il détenait par-devers lui. Et moi, j'avais peur qu'un jour mon fils grandisse et regarde les vidéos de sa mère." 



Ngoné Badji, interpellée également pour défaut de carnet de santé, reconnaît les faits qui lui sont reprochés. "Parfois, j'amène des clients dans la chambre de Ndéné Diop, mais à chaque fois que je termine avec eux, je lui donne 3 000 francs pour la chambre. Mais ce n'est pas mon métier."



Quant à Amy Sène, elle reconnaît exercer des activités de prostitution, mais elle a perdu son carnet sanitaire. "Ce jour-là, j'étais partie à Yoff et à mon retour, j'ai décidé de passer chez le prévenu Ndéné Diop. C'est là que j'ai rencontré la dame Ngoné Badji. Quelque temps après, la police est venue et nous a tous embarqués. La partie civile demande 300 000 francs Cfa pour permettre à la fille de se soigner...



Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public est convaincu de la culpabilité des prévenus. Sur ce, il requiert 2 ans d'emprisonnement assortis de sursis pour les deux femmes et 2 ans ferme contre le sieur Ndéné Diop à la hauteur de la gravité des faits. 

Selon la défense, la prostitution est un métier légal. "Ce que ce monsieur a fait, c'est ce que font tous les hôtels de la place. Il a commis certes une erreur. Est-ce qu'il comprenait que ces activités étaient prohibées par la loi ? La fille déclare qu'elle a 20 ans, mais il y a un doute sur son âge réel. Rien ne montre qu'elle a cet âge d'autant plus qu'elle a un enfant de 03 ans."



Finalement, le juge en rendant sa décision a relaxé les mis en cause du délit d'incitation à la débauche et les condamne à 6 mois assortis de sursis avant de débouter la plaignante Ndèye Fatou Diouf de sa demande. 
Vendredi 30 Juillet 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :