Incarcération de Pape Alé Niang : RADDHO, LSDH, Amnesty Sénégal expriment leur préoccupation et exhortent l'État à "respecter la liberté de la Presse..."


Les trois organisations ont conjointement sorti un communiqué pour exprimer leur désapprobation relative aux conditions de détention du journaliste Pape Alé Niang. "La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) et Amnesty International Sénégal sont préoccupées par l’état de santé du journaliste Pape Alé Niang, interné à l’Hôpital Principal de Dakar depuis le samedi 24 décembre 2022. Le journaliste Pape Alé Niang a repris la grève de la faim après la révocation de la liberté provisoire qui lui avait été accordée par le juge d’instruction du deuxième cabinet du tribunal de grande instance de Dakar et son incarcération le mardi 20 décembre 2022".

Dans la foulée, elles condamnent et réclament sa libération. "La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’homme, la Ligue Sénégalaise des Droits Humains et Amnesty International Sénégal réaffirment leur ferme condamnation de l’arrestation et de l’incarcération du journaliste Pape Alé Niang et demandent sa libération sans condition". Une occasion pour elles d'alerter sur le non respect de certaines libertés fondamentales.

"Nos organisations alertent l’opinion nationale et internationale sur les dangers qui pèsent sur la vie du journaliste Pape Alé Niang du fait d’une grève de la faim prolongée, ou des séquelles irréversibles qui pourraient en résulter. L’acharnement judiciaire contre le journaliste Pape Alé Niang doit cesser, toutes les charges retenues contre lui doivent être abandonnées. L’État du Sénégal doit respecter la liberté de la presse, la liberté d’expression et la liberté d’opinion qui sont des libertés garanties par la constitution et les traités régionaux et internationaux de droits humains, signés et ratifiés par notre pays".
Mercredi 28 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :