Immunité collective : « Laisser le virus circuler librement n'a jamais été une option », selon le ministre de la Santé.

Laisser la Covid-19 circuler librement dans la société pour que la population accède, comme certains l'ont suggéré, à l'immunité collective, n’a jamais été une stratégie pour le Sénégal. Autrement dit, jamais l'immunité collective n'a été utilisée comme stratégie pour répondre à la pandémie du nouveau coronavirus.


C’est le ministre de la Santé et de l’Action sociale qui l’a dit aujourd’hui, au cours de la conférence de presse bi mensuelle intitulée « Gouvernement face à la presse ».

« L’immunité collective, quand elle est considérée comme une stratégie, il  doit normalement y avoir une corrélation avec le nombre de décès. Puisqu’au Sénégal, nous avons fait des performances tout en ayant effectivement une létalité nettement inférieure à la létalité moyenne africaine, nous pouvons donc considérer que l’immunité collective n’a pas été notre stratégie », a expliqué Abdoulaye Diouf Sarr.

Certes, on peut avoir des acquis d’immunité dans le processus de gestion de la pandémie, selon l’autorité sanitaire. « Mais, ce n’était pas notre choix au début de dire ‘’laissons aller, laissez faire’’, comme disait Adam Smith. Non, nous n’avons jamais eu cette option-là », a indiqué le ministre de la Santé.

« L’option que nous avons eu, c’est d’élaborer une stratégie sur la communication préventive, la détection et la prise en charge », a-t-il ajouté. Il a tant bien que mal avoué que, dans la gestion de la pandémie, il peut y avoir, par moment, un gain d’immunité important. 
Jeudi 10 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :