Immigration clandestine, utilisation des fonds de l'UE accordés au Sénégal / Boubacar Sèye revient à la charge : « Nous attendons de ce voyage du Président à Bruxelles, que ces vrais problèmes y soient posés »


Immigration clandestine, utilisation des fonds de l'UE accordés au Sénégal / Boubacar Sèye revient à la charge : « Nous attendons de ce voyage du Président à Bruxelles, que ces vrais problèmes y soient posés »
Le président de l'ONG Horizons Sans Frontières a rencontré hier le mouvement citoyen Nio Làank pour échanger sur des questions de transparence et de gouvernance. Ils ont évoqué la question cruciale de l'immigration clandestine ainsi que les accords de pêche signés avec l'Union Européenne. 

Sur les fonds de l’UE, Boubacar Sèye regrette cette position du président Macky Sall disant que l’UE n’a pas donné de crédit au Sénégal sur la migration, que c’est une affabulation, une mauvaise information, de la diffamation. Car, poursuit Boubacar Seye, "en terme de concours financiers de l’UE pour le Sénégal, rien que pour le programme de résilience sociale en 2020 (PRÈS), décrété pendant la pandémie, l’UE affirme avoir accordé au Sénégal 100 milliards". Par ailleurs, les fonds évoqués par le président de HSF correspondent bien à une liste de projets menés au Sénégal par l’UE, en relation avec les structures de l’État, la société civile et le secteur privé. 

Cette liste, disponible pour la presse, permet de constater, selon le président de Horizons Sans Frontières, qu'il y a 176 400 000 € inscrits pour le Sénégal, soit 115 542 000 000 FCFA. Ces projets sont orientés sur la migration avec des volets promotion du secteur privé, formation et emploi des jeunes, lutte contre le trafic de migrants, appui au retour des immigrés, sécurité. Boubacar Sèye rappelle même que ces projets sont en cours depuis 2016 au Sénégal avec des structures de l’État partenaires dans leur mise en œuvre d’ailleurs : Les agences régionales de développement, l'ADEPME, le 3FPT, l’ONFP, le bureau de mise à niveau. Comment le président peut-il ignorer cette réalité ? se demandera t-il.

Sur les accords de pêche avec l’UE, Boubacar Sèye rappelle avoir constaté leur illégalité manifeste parce qu’ils n’ont pas été présentés à l’Assemblée nationale, en conformité avec l’article 95 de la Constitution qui l’exige pour tout engagement international. 

En faisant la déclaration que l’État du Sénégal n’a reçu aucun crédit de l’UE, devant les représentants de l’UE et du chef du gouvernement espagnol, le président a remis en question l’action de l’UE au Sénégal. En y ajoutant la question des accords de pêche, qui nécessite une réponse urgente, on comprend l’empressement des dirigeants de l’UE à lui parler directement. Ce n’est pas une mauvaise chose de poser les vrais problèmes sur la table. Ces deux questions seraient-elles à l’origine de la décision du président de se rendre brusquement à Bruxelles dès ce lundi pour rencontrer les dirigeants de l’UE pendant 2 jours ? C’est fort probable, selon le président de Horizons Sans Frontières reconnaissant leur importance et le fait qu’elles engagent la responsabilité directe du président. Nous attendons de ce voyage que ces questions soient clarifiées pour l'intérêt général. 
Mardi 13 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :