« Il faut conjuguer les efforts pour venir à bout de l’extrémisme violent » (Dr Mouhamed Ibn Chambas, Représentant du SG de l’Onu en Afrique de l’Ouest)


La communauté internationale garde un œil sur ce qui se passe sur le continent africain, surtout au niveau la zone saharo- sahélienne. C’est ce qui ressort de l’entretien qui s’est tenu ce mercredi 28 novembre entre le représentant spécial du secrétaire général  des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le  Sahel, Dr Mouhamed Ibn Chambas et l’Association de la presse étrangère au Sénégal(APES). Une rencontre qui a permis de passer en revue la situation politique de la sous-région dominée par des conflits, violences et la menace terroriste qui interpellent la communauté internationale. Le diplomate ghanéen a effleuré le programme transfrontalier de lutte contre le terrorisme défini par le G5 Sahel et en corrélation avec le partage de responsabilités en matière de financement entre les différents partenaires, notamment l’Onu, la Banque africaine de développement, entre autres, pour une coordination efficiente des actions à entreprendre et des types d’intervention à engager par les forces des Nations unies.
A cet égard, Dr Chambas considère qu’il urge de conjuguer les efforts avec les organisations communautaires. Cela, en parfaite synergie avec les Etats-parties concernés pour venir à bout des entités extrémistes qui sévissent dans la bande saharo-sahélienne et aider les pays touchées par des crises politiques à améliorer les services de base (eau, électricité, santé et assistances) pour le bien-être des populations locales.
En outre, il a beaucoup insisté sur le rôle déterminant des leaders religieux dans la lutte contre l’extrémisme violent et pour une cohésion pacifique. Le représentant du SG des Nations unies a donné l’exemple de la parfaite cohabitation au Nigéria où le Sultan et le Cardinal font preuve d’une collaboration exemplaire par rapport à l’expression des confessions religieuses dans ce pays.

Dans un autre registre, Dr Mouhamed Ibn Chambas n’a pas manqué  d’évoquer les échéances électorales qui auront lieu tout prochainement dans des pays d’Afrique de l’Ouest. Il a exhorté les pays devant organiser des élections à œuvrer pour un processus électoral transparent et apaisé. « Il faut encourager le dialogue entre la mouvance présidentielle et l’opposition », a-t-il souligné, devant la presse.
Mercredi 28 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :