Idrissa Seck à son installation au Cese: « Il faut agir au bénéfice exclusif des populations, peu importe les coups pour notre image ou notre vie. »


Le nouveau président du Conseil économique social et environnemental (Cese), Idrissa Seck, installé ce 19 novembre dans ses nouvelles fonctions, a exprimé ses vifs remerciements au président Macky Sall pour la confiance à cette station de l'État. Face aux conseillers de l'institution, il a tenu d'emblée à clarifier son engagement au service de la République.

« Face à certaines circonstances historiques, il faut dépasser l'attitude vaine du spectateur stérile, pour citer Aimé Césaire. Il faut également dépasser l'attitude de la résignation et de l'exigence en cause », a soutenu Idrissa Seck insistant sur la vitalité de répondre à l'appel de la République dans ce contexte de crise.

« Lorsque la nation a besoin de ses fils, ces derniers à l'image du soldat et du policier prêt à risquer leurs vies doivent répondre. Il faut agir au bénéfice exclusif des populations peu importe les coups pour notre image ou notre vie qui, au regard du destin d'une nation demeure une insignifiance », a confié le président du Cese.

Résolu à œuvrer pour l'intérêt général, Idrissa Seck a d'ailleurs décidé d'enterrer définitivement la démarche d'adversité qui l'opposait au régime de Macky Sall.  « La compétition électorale de 2019 est derrière nous. Le contentieux qui en est issu a été éteint par l'ouverture du dialogue national et des résultats remarquables qu'il a produit », a-t-il expliqué.

Sous un autre registre, le président du Cese nouvellement installé a tenu à apporter plus de réponse aux interrogations des uns et des autres sur son approbation de nomination.  

« S'agissant de mon intention de ne plus accepter une nomination par décret, j'ai appris d'un grand soufi que la nécessité crée l'exception même en religion. L'homme peut se prétendre maître de ses intentions et de ses actes, mais son destin relève de ce que les croyants appellent volonté divine et que les non croyants pourraient nommer contexte, circonstance ou situation... », a-t-il dit évoquant la pandémie de la covid-19 comme prétexte de son dévouement.  

« Notre pays à l'image du reste du monde a subi le choc terrible de cette covid-19 avec son cortège de conséquences économiques, sociales et environnementales. Aujourd'hui comme hier, ma réflexion porte plus sur les solutions à apporter aux difficultés des citoyens que sur la polémique. Ceux qui attendent encore à la gare 2019 doivent réaliser que le train est déjà au loin (...) en route pour 2035 et au delà s'il plait à Dieu », a affirmé le nouveau président du Cese, Idrissa Seck.
Jeudi 19 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :