Ibrahima Khalil Sabaly, chef de la mission de suivi de la zone sud à la direction de l’agriculture (maer) : « Nous sommes à Kolda…mission de suivi de la campagne agricole… il y a même des producteurs qui commencent à récolter ».


Il y a même des producteurs qui commencent à récolter.  « Nous sommes à Kolda dans le cadre d’une mission de suivi  de la campagne agricole. Au moment où je vous parle d’autres missions sillonnent le reste du pays. On rencontre le drdr pour avoir le profil de l’hivernage dans la région. Nous allons effectuer une visite dans les champs pour les départements de Kolda, Vélingara et Médina Yoro Foula. Globalement ce qu’on peut retenir, c’est que les cultures se portent bien, malgré les pauses pluviométriques en fin juillet qui  n’ont pas eu d’impacts réels sur les récoltes. Apparemment, il y a même des producteurs qui commencent à récolter le maïs. Et bientôt, dans moins d’un mois, d’autres vont récolter le mil. Et au niveau aussi des vallées, le riz se porte bien. Il y a eu certes quelques attaques de chenille, mais c’est normal, ce ne sont pas des parasites. Toutefois, comme je l’ai dit l’État du Sénégal à travers les structures de la DPV, a donné des produits phytosanitaires tels que le titan pour stopper ces attaques. Et maintenant, quand la pluie a repris nous n’avons plus constaté ces attaques de chenilles-là »

« La crainte fait place à l’espoir aujourd’hui, parce que l’État du Sénégal a pris toutes les  mesures nécessaires. Dans le Pse, il y a le Pracas qui continue le volet agricole de ce programme. Et l’État prend toutes les dispositions à chaque campagne agricole en mettant en place les semences certifiées, améliorées et subventionnées. Le matériel agricole lourd subventionné à hauteur de 70% et le matériel léger (houssins et semoirs etc) a été distribué.  Nous effectuons la visite pour voir de visu les champs et échanger avec les producteurs pour voir comment améliorer la prochaine campagne. Il faut mettre l’accent sur l’information climatique. Il faut savoir qu’il y a eu certains producteurs avertis qui ont semé dès les premières pluies utiles. Et d’autres ont préféré attendre que les pluies s’installent de manière notable pour semer. On est dans une phase de dérèglement climatique. Mais malgré cela, l’État du Sénégal, à travers la météo et l’Anacim sont en train de mettre en place toutes les dispositions pour accompagner les producteurs. »

« Malgré les retards de pluie, les cultures se portent bien dans la région. C’est pourquoi, le programme additionnel ne concerne pas la région. À chaque fois qu’on prépare la campagne agricole l’État met en place tout le montant et les accessoires nécessaires pour les zones déficitaires en pluie afin de les accompagner », conclut-il.
Samedi 5 Octobre 2019
Dakaractu




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :