ITV- LES VÉRITÉS DE ANGLOMA : « Comment à Touba-Mbacké, peut-on réclamer des postes de ministres alors qu'on a jamais rien gagné ?... Cest le dialogue qui a fait venir Idy et non un deal »

Alors qu'à Touba et Mbacké, certaines voix se sont élevées pour regretter la configuration du nouveau gouvernement qui n'a admis en son sein aucun leader politique local, Omar Ndiaye Angloma a choisi, lui, de servir à ses camarades de l' Apr un langage de vérité.
Pour lui, aucune forme de grogne ne se justifie puisque jamais le parti n'a su gagner une élection pour le candidat Macky Sall. Dans cet entretien avec Dakaractu-Touba, le leader politique évoque le cas Idrissa Seck, le limogeage de certains pontes du parti et les élections locales prochaines.
ITV...


Dakaractu-Touba : Un nouveau gouvernement vient d'être installé. Quelle appréciation globale faites-vous des choix opérés ?

 

Le Président Macky Sall, depuis 2012,  n'a jamais posé un acte qui ne va pas dans le sens de résoudre les problèmes du Sénégal. C'est un homme politique averti et très alerte qui pouvait se passer volontiers des autres chapelles politiques. Mais, malgré qu'il soit le Président de la  République, élu par une écrasante majorité  des Sénégalais, il a toujours privilégié le dialogue dans la sphère publique. C'est à ce titre qu'il a initié ce qu'il a été convenu d'appeler " dialogue national " et auquel avaient pris part toutes les forces vives de la Nation. C'est vrai que rien ne s'opposait à ce qu'il gouverne seul. Seulement,  l'ouverture est un pan de la démocratie qui apporte la sérénité dans un pays. L'ouverture c'est le fait d'accepter que chacun puisse apporter sa contribution, sa pierre à l'édifice.  Et je salue, au passage, le geste de Idrissa Seck qui a eu un esprit de dépassement, qui a refusé le cloisonnement parce qu'il s'agissait de donner vie à l'intérêt suprême. Le Mali, la Guinée sont des pays frontaliers au Sénégal et dans chacun de ses pays a fini de s'installer une crise politique. 

 

Dakaractu-Touba : Que répondez-vous à ceux qui disent qu'il s'agit d'un deal et rien de plus ?

 

Pour qu'il y ait deal, il faut deux dealers. Le Président Macky Sall n'a jamais versé dans ces manipulations. Dealer, vous dites ? Il n'en est pas un, encore une fois. Je précise que ce n'est pas le Président Macky Sall qui a fait venir Idrissa Seck. C'est plutôt le dialogue national qui est à l'origine de ce rapprochement. C'est une suite logique des échanges opérés dans ce cadre pour le bien du Sénégal. Idrissa Seck n'a pas créé le parti Rewmi pour brûler le pays ou pour servir d'opposant éternellement. Il a des ambitions pour le Sénégal et il a saisi l'occasion de le prouver et d'apporter son expertise. Une attitude différente de celle qu'il a prise aurait montré qu'il s'était placé dans la dynamique de "Président ou rien". Il s'agit de construire ensemble ce pays. Maintenant, ceux qui parlent de deal ne sont que de mauvaises langues qui appartiennent à une opposition inconsciente."

 

 

Dakaractu-Touba : Ne pensez-vous pas que ce rapprochement soit préjudiciable à votre leader ?

 

Absolument pas ! Nos raisonnements différent. Macky Sall en tant que Chef de l'État  n'a qu'un objectif : développer le Sénégal. Et il ne menagera aucun effort et ne se privera d'aucun sacrifice pour réussir et réaliser ses ambitions. Encore une fois, chez lui, c'est la patrie avant le parti. Il n'est pas dans des calculs politiciens. À côté de Idy, d'autres leaders de l'opposition sont concernés et ils sont dans le gouvernement. Je crois qu'il faut voir les choses sous cet angle.

 

Dakaractu-Touba : Les départs de Aly Ngouille Ndiaye, Mimi Touré, Oumar Youm ne sont-ils pas liés à l'arrivée de Idy ?

 

Absolument pas ! Idrissa ne saurait imposer ses volontés. Il a été nommé comme tous les autres. Je pense que ces rumeurs sont fabriquées juste pour créer un certain malaise politique. Ça ne passera pas. Le Président a fait ses choix et ils sont tous pertinents. Aucun d'entre ces anciens ministres n'est né ministre. Ils le sont devenus. Heureusement qu'ils ont tous remercié le Président pour la confiance que ce dernier leur avait manifestée.

 

Et puis, ce rapprochement entre Idy et le Président  Sall n'est pas synonyme de ticket présidentiel. Ils sont ensemble pour travailler ensemble pour le Sénégal et nous sommes très loin de la prochaine élection présidentielle.

 

Dakaractu-Touba : Des Sénégalais prêtent à Mimi une nouvelle ambition politique ?

 

Elle a le droit d'avoir une ambition politique. Elle a même le droit de créer son parti politique. Le Sénégal n'appartient à personne. Mais je sais qu'elle est suffisamment intelligente pour ne pas renoncer à accompagner le Président Macky Sall qui a tout fait pour elle. Elle comme les autres ne devraient avoir qu'un mot à la bouche à l'attention du Chef de L'Etat, et c'est de lui dire merci. 

 

Dans tous les cas, politiquement, elle ne pèsera jamais grand chose face au  Président de la République. Et je pense que si elle est dans cette perspective, elle sera très vite raisonnée par ses parents, si elle en a, bien sûr.

 

 

Dakaractu-Touba : Touba et Mbacké encore isolées du gouvernement. Aucun poste ministériel alors que l'espoir était immense.

 

 

Un espoir, on le fonde sur quelque chose. Rien ne sert de rêver debout. Comment peut-on revendiquer des postes ministériels alors qu'on a jamais rien gagné. Déjà élu en 2012, le Président Macky Sall avait nommé  Khadim Diop comme ministre de la République. Et c'est gracieusement qu'il l'avait fait. Autant dire que c'était pour manifester son attachement au Khalife Général des Mourides qu'il aime et respecte par dessus tout. Politiquement, nous n'avons pas prouvé que nous méritons de tels postes de responsabilité. Mbacké a compté, par le passé, des ministres. Iba Guèye, Moussa Sakho. Mais en son temps, c'est le Pds qui gagnait. Si nous voulons quelque chose de ce genre, nous devons davantage nous battre pour remporter des élections.

 

Dakaractu-Touba : C'est tout ce que vous avez à dire par rapport à ça ?

 

Mais écoutez,  que voulez-vous que je dise d'autre ? Si le Président Macky Sall avait engrangé partout ailleurs les mêmes résultats qu'il a obtenus dans notre agglomération, aujourd'hui, il serait, peut-être, à Fatick. Disons-nous les vérités. Encore qu'il a donné, malgré ce que je viens de dire, des postes de responsabilités à des fils de ce terroir.  Nous avons un ministre conseiller, un Directeur général, un membre du cabinet du Président à travers ma personne (...). 

 

Nous avons perdu les deux présidentielles  de 2012 et de 2017. Nous avons perdu le Référendum. Nous avons perdu les législatives. Nous avons perdu les élections locales face au maire Abdou Mbacké Ndao qui n'avait, pourtant, qu'un mouvement à faire valoir. Franchement ! Que voulons-nous aussi ? Il n'y a que le monde rural qui mérite, à la rigueur, ces postes à responsabilité. Au moins, on gagne là-bas. 

 

Dakaractu-Touba : Le cas Sonko, vous effraie-t-il ?

 

Il m'arrive de comparer Sonko à certains de nos camarades. Que pèse Sonko face à un Mor Ngom, à un Mame Mbaye Niang, à un Oumar Youm ? Rien ! Il n'a jamais été maire d'une ville et il n'est député que par accident. Son lugubre visage a été découvert par les Sénégalais. Il est passé à côté de la plaque à cause des contre-vérités qu'il sert à longueur de journée. Il ne gagnera jamais une élection au Sénégal. Nous ne le prenons pas au sérieux parce qu'il a été mauvais fonctionnaire et il est mauvais député. Nous ne le craignons pas. 

 

Dakaractu- Touba : Nous approchons des élections locales. Serez-vous candidat à la mairie de Mbacké ?

 

J'ai été mandataire de And Dekkal Ngor en 2009. J'avais 4.000 voix et 09 conseillers. Je fais partie de ceux qui avaient soutenu la candidature de Galo Bâ lors des dernières locales. Maintenant, il n'est plus question que je me mette à soutenir des candidatures. Toutefois,  je ne ferai jamais cavalier seul en dehors de la coalition  Benno Bokk Yaakar. Bby aura son candidat et c'est un choix qui se fera de manière  consensuelle avec les partis alliés et les mouvements de soutien. Nous n'accepterons pas que quelqu'un s'isole pour porter la candidature de notre coalition. Nous discuterons avec nos amis du Parti socialiste, de l'Afp etc...

Dimanche 8 Novembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :