Hommage aux victimes peules d’Ogossagou!


Nous sommes au cœur du témoignage. Nous devons donc nommer. Cela exige de laisser de côté les fioritures qui masqueraient la vérité.
Nous devons résister à l’assaut de la barbarie, une barbarie qui n’est plus à l’affût sous mille déguisements. Elle nous regarde droit dans les yeux .
Si nous perdons notre capacité d’indignation, nous perdons notre part d’humanité.
Ce sera la fêlure, c’est-à-dire l’éclatement de rêve, la fin du nœud fragile du lien humain.
 
 
                                           Les Fous du Siècle
 
 
Ils tuent la loi
Ils tuent la foi
Ils tuent l’homme
Comme une bête de somme
 
Ils tuent instinctivement
Ils tuent bêtement
 
Ils sèment un univers de haine
Cultivent un champ de mine
Espèrent dans leur âme
Récolter les fruits de l’atome
 
Ils ont oublié
Dans leur devise
Dans leur folie
D’empêcher le soleil de se lever
 
Mon peuple aux semelles de vent
A l’allure altière
Vomit son zénith de dédain
Sur les silences du monde
 
Face à la blessure du temps cruel
Mes yeux exigent
Ne plus voir l’Humanité
Repêcher les cadavres
Les morceaux de division
Les lambeaux de mort
Dans le Sahel des larmes
 
Je me tairai plus
Pour retenir l’Histoire
Je ne pardonnerai plus
Pour ne pas oublier la Mémoire
 
 
Mamadou DIALLO
Avocat au Barreau de Paris
Docteur en Droit
Auteur des Eclats du Temps (Poésie) et Bal d’Afrique (Théâtre)
Vendredi 29 Mars 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :