HOMMAGE A NOTRE CHER PERE MBARGOU DIOP!


La lumière qui éclairait nos chemins s’est éteint .Papa comme on l’appelait affectueusement, une appellation qui montre ô combien nous l’aimions. Il était pour nous, un guide, un conseiller, un encadreur, un éducateur, un bienfaiteur, un soutien moral et financier…Impossible d’énumérer toutes ses qualités, pour être plus simple nous allons juste dire qu’il était un homme de bien.

Grace à lui on n’a jamais connu la soif ou la faim car le ravitaillement était au rendez-vous avant même la fin du moi. On vivait convenablement, on mangeait bien, on s’habillait bien, on se soignait bien…On ne manquait de rien.

Il partageait à tout moment ces biens avec les autres. Il suffisait juste qu’une personne vienne le rendre visite à la maison pour qu’elle soit sortie les poches remplies de billets de banque avec discrétion.

Il payait nos études et nous encourageait à chaque fois à redoubler d’efforts. Aujourd’hui nous disons AL KHAMDOU LILAH car nous sommes tous des diplômés et le plus petit de nos diplômes est le BAC.

Et parmi nous il y’a des fonctionnaires. Tout ceux-ci grâce à lui ; j’en suis sûr et certain, on arriverait  jamais à ce niveau s’il nous avait laissé à nos propres désirs.
Papa était un vrai père de famille ; il avait toujours ses enfants à l’œil ; il nous contrôlait jour et nuit, il vérifiait toujours la présence des membres de la famille. Ainsi personne ne pensait sortir de la maison à certaines heures pour aller quelque part sans son accord. La nuit, il nous conseillait de nous coucher tôt pour se réveiller à l’aube, et avant de se coucher, il s’assurait que tous les membres de la famille soit dans leur chambre pour enfin fermer la porte principale de la maison et aller s’endormir.

Papa nous a donné la meilleure des éducations. Une éducation dont nous nous glorifions car nous ne faisons pas parti des frères de mêmes sang qui s’insultent et se battent à longueur de journée, nous ne faisons non plus parti  des jeunes qui fument, se droguent ou à voler les biens d’autrui, nous ne faisons pas aussi parti des jeunes qui sèment le désordre dans le quartier.

Ainsi nous sommes donnés comme des exemples dans le quartier où nous habitons.
Nous avons certes perdu un être cher qui est notre père mais il est toujours présent à travers le bien que nous accomplissons et de ce dont nous sommes devenus de bien car il nous a inculqué des valeurs humaines.

Un héritage qui est sans doute des meilleurs que l’on puisse recevoir d’un parent et grâce à Dieu il a pu « cueillir de son jardin précieux qui est sa famille de succulents fruits (enfants) avant de rendre l’âme. »

En effet, lors de la dernière fête de korité en 2020 qu’il a eu à célébrer avec sa famille en étant malade il avait tenu ces propos avec les larmes sur la joue « vous avez tous ma bénédiction car vous êtes des enfants obéissants et aimants, vous ne vivrez jamais dans la misère, je ne sais pas si je serais là la prochaine fête mais sachez que vous avez ma bénédiction ».

Nous étions très triste de le voir dans un tel état puis nous lui formulions des prières chacun de son coté. Et ce n’était pas la seule fois qu’il fasse un tel discours envers ses enfants pour ainsi dire qu’il était aussi fier de ce qu’il a fait de nous car tout le mérite lui revient.
Papa est parti mais il sera toujours présent parmi nous et ses œuvres resteront à jamais gravées dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance de le connaitre.  
 
                                                                                                                        Ecrit par ses fils et filles
 
Samedi 19 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :