HOMMAGE A BABACAR TOURE : Seul un homme de principes, noble, courageux peut devenir un journaliste engagé, plein de talents et de convictions. (Par Mme Fatimé Raymonne Habré)


Nous avons fait la connaissance de Babacar Touré, il y a de cela plus de 20 années. Il était venu à nous pour connaître le Président Hissein Habré. Feu Djily Mbaye lui avait dit qu’il était venu nous rendre visite, ce, juste avant de prendre le lendemain, son vol pour la Suisse pour subir une sérieuse intervention chirurgicale qui, malheureusement, lui fut fatale.
 
Babacar Touré était un homme simple, sympathique, d’un commerce agréable, plein d’humour aussi. Quelqu’un qu’on avait plaisir à recevoir et à échanger avec lui. Homme intelligent et cultivé, il discutait politique, économie, gestion de nos États, difficultés des relations avec la France avec le Président Habré. C’est par lui que nous fîmes aussi la connaissance de nombreuses personnes au Sénégal. Il avait encouragé Cherif Elvalide Seye aujourd’hui, décédé, paix à son âme, qui avait commencé à écrire un livre sur le Président Habré mais qu’il ne pût finir malheureusement.
 
Le lancement de l’affaire Hissein Habré a été une épreuve difficile pour lui. En tant que frère, il n’a ménagé aucun effort pour dire ses vérités aux hommes politiques dirigeant le Sénégal tout au long de ces 20 années de harcèlement judiciaire.
 
C’est la raison pour laquelle, sa position sur les poursuites judiciaires contre le Président Habré a dérangé les réseaux françafricains, d’où les initiatives du journal françafricain Jeune Afrique, véritable tête de pont des attaques sur le plan international contre le Président Habré, qui avait parlé de lui, dans un article, le réduisant à celui qui venait « prendre régulièrement le thé avec Hissein Habré ».
Homme de principes et homme debout, fidèle en amitié, il a rendu visite au Président Habré au Cap Manuel. Très ému lors de sa visite, il a montré qu’il était un géant avec un cœur de lion mais aussi un cœur sensible. Dégoûté par ce côté misérable de la basse politique, disait-il, et, par cette effroyable injustice dont le Sénégal ne peut sortir indemne. Et c’est parce que Babacar était un homme de cette qualité qu’il a pu être un journaliste de talent, de conviction et exercé sa passion avec noblesse, dignité, engagement et éthique. Quoi d’étonnant qu’il soit cité en exemple aujourd’hui à l’unanimité par la profession.
 
Peut-on être un homme engagé, indépendant, défendant une ligne éditoriale de progrès, de défense des intérêts nationaux, être un homme du Sud avec un véritable et sincère esprit du Sud dans la sphère médiatique, sans connaître des remous ou des difficultés avec le pouvoir politique à un moment donné de votre parcours ? Pratiquement impossible. Il a traversé avec son groupe dans la discrétion des moments difficiles et ce que j’ai admiré en lui ; c’est qu’il avait en plus la politesse de ne jamais gémir considérant qu’il plaignait ceux qui voulaient le faire plier. Il est resté debout, digne et c’est ce qui comptait le plus pour lui.
 
La mise en place de la cellule de communication des Chambres Africaines avec un budget de 800 millions de francs forte d’un contrat avec 3 agences de communication chargées de mobiliser les médias pour accompagner les CAE, et dont l’objectif principal était de masquer les errements de ce tribunal illégitime et illégal mais aussi les violations graves des règles qui encadrent un procès juste et équitable, l’a profondément choqué. Sa conception du journalisme en prenait un sacré coup.
 
On dit souvent que la Vie vous amène des problèmes, des difficultés graves mais qui sont, quelque part, des mises à l’épreuve que le Tout Puissant met sur la route de tous ceux qui vont se mobiliser, soit pour faire le Bien, soit au service du Mal et chacun rendra compte au Jugement Dernier. Cette épreuve difficile que nous continuons à supporter nous a permis d’apprendre tant de choses. Babacar Touré, un frère, un digne fils du Sénégal rempli de valeurs, de principes, d’estime de soi, fait partie d’un type d’hommes qui se fait rare dans nos pays.
 
Il était un homme plein de Amane et d’Îmaane.
Nous avons été heureux de te connaître, Babacar.
Que le Tout Puissant te classe parmi les bénéficiaires de sa Clémence et de sa Générosité. Aamiine !
 
Mme Fatimé Raymonne Habré.
Dakar, le 29/07/2020
Mercredi 29 Juillet 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
ADIEU BABACAR !

ADIEU BABACAR ! - 05/08/2020