HOGGY : Bagarre entre urgentistes et patients , cette circulaire de la tutelle qui irrite certains médecins expérimentés après des visites surprises dans certains hôpitaux


 

Voir de jeunes passagers victimes d’un accident de la circulation, cela est presque anodin de nos jours. Mais assister, aux urgences d’un Etablissement public de santé (Eps) à une bagarre entre le personnel soignant affecté au service d’urgences et des victimes d’accident qui, avec leurs blessures, réclamaient leur prise en charge, est une scène irréaliste qui a eu lieu à l’Hôpital général de Grand-Yoff (Hoggy). 

Même si ces faits qui se sont passé au cours du dernier trimestre de 2018 constituent un cas isolé, il reste qu’ils renseignent sur la mauvaise qualité de l'accueil dans les services d’urgence au niveau de nos Eps. Un témoin clé de cet affrontement, outré par le comportement de ces personnels en garde qui avaient bandé les muscles pour taper sur des victimes d’accident, avait confié à Dakaractu son mal.

 

Il est ressorti de ses propos qu’au cours de l’année dernière, 3 de ses cousins blessés gravement des suites d’un accident de la circulation, avaient vécu ce calvaire parce qu’ayant été attaqués par ces agents qui étaient censés leur venir en aide. Cette situation a finalement poussé les accompagnants à transférer eux-mêmes leurs proches blessés vers d’autres structures à bord de véhicules particuliers. Et si ces 3 ont eu la vie sauve, tel ne fut pas le cas, pour un autre jeune homme qui a finalement perdu la vie. Ce dernier, à peine âgé de 25 ans, a perdu la vie à l’hôpital. Un retard d’intervention rapide au service d’urgence de Hoggy lui a été fatal. Tombé d’un étage d’où il a eu un traumatisme crânien, il a été conduit aux urgences avec sa blessure. À la porte dudit service, il a attendu de 17 heures aux environs de 22 heures avant d’être pris en charge. Et c’est quand il a perdu connaissance après plusieurs heures d’attente que les agents ont daigné le prendre en charge. Une première intervention chirurgicale ratée a été suivie d’une autre, quelques jours après. Mais, malheureusement, il y a perdu la vie. Cela à cause d’un retard de prise en charge rapide aux urgences, soutiennent encore ses proches qui, près d’un an après, continuent de regretter ce décès qu’ils pensent inévitable si le nécessaire avait été fait dès son arrivée.

 

Des ‘’urgentistes’’ qui se battent avec des victimes d’accident qui réclamaient des soins

 

La liste des cas réels est loin d’être exhaustive, mais en voilà quelques qui sont à même de montrer que nos hôpitaux, malgré la qualité des personnels de santé, constituent pour beaucoup de Sénégalais, des mouroirs pour les malades qui y sont conduits à cause de négligence. L’autorité en charge de ce secteur qu’est le ministère de la Santé et de l’Action sociale, a été saisie de plusieurs plaintes d’accompagnants de patients ou même de personnes ayant été victimes de ce mauvais accueil dans les urgences des hôpitaux. Au finish, le ministre Abdoulaye Diouf Sarr a mené des visites surprises qui ont permis à celui-ci de constater que les gardes dans les Eps hospitaliers sont, de moins en moins, assurés par des médecins séniors. C’est-à-dire des médecins qui ont de l’expérience par leur ancienneté, plutôt que des étudiants encore en formation à la faculté de médecine. Situation qui n’est pas de nature à permettre une prise en charge satisfaisante des patients.

 

Fin de garde exclusive des jeunes inexpérimentés : Les séniors aux urgences

 

Convaincu que la séniorisation des gardes favorise une prise en charge plus rapide et de meilleure qualité, le Msas a sorti une circulaire pour apporter des corrections nécessaires. Dans cette note de service, il est relevé que les gardes assurées par de hauts praticiens, en plus de relever le niveau des prestations dans les hôpitaux, rassurent davantage les patients et leurs accompagnants. Invite a été faite aux directeurs d’établissement publics de santé hospitaliers, aux gouverneurs, aux présidents de commission médicale d’établissement ainsi que les chefs des services médico techniques concernés de prendre les dispositions nécessaires en vue d’organiser, dans leurs établissements respectifs toutes spécialités confondues, la mise en place de gardes effectuées par les séniors. Décision qui a fait grincer des dents dans les rangs de ces médecins expérimentés, mais qui constitue une réponse dont se réjouissent les populations qui, dans bien des cas, ont été confrontées à un mauvais accueil dans un des services d’urgence des structures hospitalières. 


Samedi 8 Juin 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :