HABIB BÈYE : "Être un bon consultant, ce n'est pas sortir des déclarations fracassantes"

La semaine dernière, vous avez été plus de 20 000 à vous exprimer pour choisir votre consultant télé préféré. Avec 15,8 % des votes, Habib Bèye (Canal+) est deuxième. L'ancien joueur de l'Olympique de Marseille évoque les coulisses de son métier.


 HABIB BÈYE : "Être un bon consultant, ce n'est pas sortir des déclarations fracassantes"
La dernière chose qu'il fait juste avant d'être à l'antenne

‘’Je ne serai pas joignable pendant deux heures, alors j'appelle ma femme, pour savoir si tout se passe bien à la maison. Quand j'étais joueur, je faisais pareil. Et je tape dans la main de mon journaliste.’’

Le joueur le plus compliqué à prononcer

‘’(Il hésite) Ketkeophomphone ! Je me limite à Ketkeo. Il n'est pas simple à prononcer mais il est agréable à voir jouer. Quand je tombe sur des noms compliqués, je me sers des prénoms. Ça aide de dire le prénom puis le nom. Dernièrement, lors d'une émission, je me suis fait surprendre avec le nom d'un rugbyman, Dimitri Szarzewski (il écorche son nom.) D'ailleurs, je n'arrive pas à le dire (rires). Aussi, il faut être en accord avec le journaliste. Il faut suivre les mêmes prononciations. Et j'essaie de respecter la volonté des joueurs. Par exemple, le joueur de Nice Rémi Walter. Au début, je pensais qu'il fallait dire "Oualter". Mais je l'ai rencontré, et il a dit qu'il fallait dire "Valter".’’

Son tic de langage

‘’J'associe souvent les mots "honnêtement" et "sincèrement" dans une même phrase. J'ai réussi à gommer "je pense que", enfin plus ou moins. Mais ces tics font aussi notre identité. Il ne faut pas tout gommer. Il faut rester soi-même.’’  

Le meilleur match qu'il a commenté

‘’Leicester-Swansea (4-0, le 24 avril 2016), la saison dernière. Le match qui rapprochait les Foxes du titre. Ce jour-là, j'ai connu une émotion jamais ressentie pendant un commentaire. J'étais touché de voir ces gars célébrer. Ils ont réalisé un exploit. En les regardant, je me suis vu dix ans plus tôt, quand j'étais footballeur. Je me suis dit que j'avais déjà vécu des moments pareils. Revoir ça à travers eux... Je me suis dit "qu'est-ce qu'ils doivent kiffer".’’

Le joueur avec qui il est plus exigeant que d'autres

‘’Je suis plus exigeant avec les défenseurs parce que je l'ai été. Avec Serge Aurier, je suis plus exigeant qu'avec les autres parce que j'ai été arrière droit comme lui, et parce qu'il a un potentiel énorme.’’

Le joueur actuel qui, selon lui, deviendra un bon consultant

‘’Christophe Jallet serait formidable. Il analyse toujours le jeu. On voit trop de personnes qui parlent des faits de jeux. Il faut se concentrer sur l'analyse, et il le fait très bien. Il ne parle jamais des arbitres. Franck Beria a un vrai recul aussi. Rio Mavuba également.’’

Son consultant télé préféré

‘’Pour ce vote, j'ai voté Éric Carrière (4e de notre consultation). Il a une vision du football qui me plaît. Il ne parle que de jeu. Et mon petit coup de cœur, c'est Grégory Paisley, un ami, qui est en train de monter sur beIN Sports.’’

Son avis sur la multiplication des consultants

‘’C’est un vrai métier. Il faut bosser. Il faut avoir une vision large du football. Il faut être capable de déceler les innovations apportées par les entraîneurs. On est beaucoup à le faire. Et c’est une bonne chose que des anciens joueurs fassent cela. Il faut être performant. Et il ne faut pas être dans le buzz, mais dans l’analyse. Être un bon consultant, ce n’est pas sortir des déclarations fracassantes. Quand je critique, je le fais avec argumentation pour que la personne concernée puisse comprendre mon point de vue. Ça ne me plairait pas qu’on me dise que je suis dans l’analyse gratuite.’’

Ses rapports avec les réseaux sociaux, où les consultants sont extrêmement commentés

‘’Je suis présent sur Twitter et Instagram. Récemment, j'ai créé une page Facebook. Sur les réseaux sociaux, il y a de tout. Mais il faut tout accepter, à part les insultes. Ça arrive de recevoir des critiques qui me demandent d'arrêter de répéter un mot, ou qui me signalent que j'ai oublié un truc. J'accepte les critiques constructives. Et c'est le prix à payer quand on est présent sur ces réseaux.’’

(Francefootball.fr)
Mardi 6 Décembre 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Drogba change de tête

Drogba change de tête - 16/12/2017