Guy Marius Sagna attaqué à Médina Wandifa / Simon Pierre Diédhiou (Vision Citoyenne, membre de Doyna) : « La gendarmerie est présente sur les lieux, mais les militants du maire continuent à nous jeter des pierres dans notre hôtel »

Le secrétaire exécutif de la plateforme de lutte « Frapp France dégage » vient d’essuyer une attaque de jeunes à Médina Wandifa dans le département de Bounkiling, région de Sédhiou. Joint par téléphone, Simon Pierre Diédhiou, de « Vision Citoyenne » et membre de la plateforme multi lutte Doyna qui est dans la délégation présidée par Guy Marius Sagna qui fait une tournée en Casamance, revient sur le film des événements. Au moment où nous mettions en ligne ce texte, Guy faisait son point de presse et selon notre interlocuteur, il reçoit les pierres de jeunes qui l'auraient déclaré persona non grata à Médina Wandifa.


« On est attaqué de partout par les éléments du maire de Médina Wandifa. Nous sommes dans un hôtel où on fait notre point de presse. Mais ils continuent de nous attaquer en jetant des pierres dans la structure hôtelière. Ils nous ont trouvé dans l’hôtel et la bagarre a commencé. Je confirme que ce sont les nervis du maire Malang Seyni Faty. Ils sont une trentaine. 

Un des leaders a fait une sortie hier pour dire que Guy Marius Sagna ne sera pas le bienvenu aujourd’hui. La route lui sera barrée. En route ce matin, on nous a alertés qu’ils nous attendaient à l’entrée pour nous attaquer. À l’entrée de la commune, il s’est trouvé qu’il y avait un véhicule devant nous et les nervis ont d’abord barré la RN4 à l’aide d’un poteau en fer de la Senelec pensant que c’était nous. Malheureusement ils ont fouillé le véhicule, ils n’ont pas vu l’ombre de Guy. Et nous avons dit à notre chauffeur qu’il faut foncer et forcer l’entrée. Lorsqu’ils ont su que nous étions déjà dans la commune, ils nous ont trouvé dans l’hôtel au moment où nous faisions notre conférence de presse. Ils ont tout cassé et créé le désordre. 

Nous avons riposté et quelques minutes après ils sont sortis. La gendarmerie, alertée par notre point focal, est arrivée au moment où ils sont sortis. Malgré la présence de la gendarmerie, ils continuent de nous jeter des pierres. Ce qui m’étonne, c'est que le responsable qui avait tenu les propos va-t’en guerre contre Guy, Kouka Faty est bien présent, et ils continuent à jeter des pierres. La gendarmerie reste sans réaction et les laisse faire ce qu’ils veulent. 

Kouka Faty a porté un blouson dans lequel il dissimule un coupe-coupe. Durant toute la conférence de presse, devant la gendarmerie, ils continuent de nous jeter des pierres.

J’ai dit à ce responsable que s'il se permet de venir à Ziguinchor pour organiser un meeting, il aura en face de lui une jeunesse déterminée pour lui rendre la pièce de la monnaie. Maintenant c’est œil pour œil et dent pour dent », livre le membre du mouvement Vision Citoyenne, une plateforme de la société civile de Ziguinchor et membre de la plateforme Multi lutte Doyna section Casamance...

Samedi 10 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :