Guedj Diouf, gouverneur de Ziguinchor : « Le déminage va reprendre sitôt et la zone de Niassya sera prioritaire »


« Le déminage va reprendre sitôt. Mais cette zone, celle de Niassya sera prioritaire. Les études de déminage sont déjà faites. La plupart des zones ont été déminées parce que l’armée qui a libéré une bonne partie a fait un déminage en même temps. Les zones réputées minées restent toujours inaccessibles. »

C’est la déclaration du gouverneur de la région de Ziguinchor. Le chef de l’exécutif régional de préciser que « les services de l’État accompagnent les populations dans le processus de retour dans leur terroir. Tout le monde s’y met pour leur permettre de retrouver leur identité. Bissine prend forme, l’école est en réfection avec la construction du mur de clôture de même temps que les trois salles de classes qui viennent s’ajouter aux trois déjà construites, le bureau du directeur est déjà construit. Un poste de santé est prévu. Les populations sont en train de faire les briques pour entamer les constructions jusqu’après l’hivernage pour leurs habitats. Elles ont reçu tout le matériel de construction leur permettant d’avoir un toit. C’est la même situation à Bindialoum, Bilasse et les autres localités. Il y a déjà une trentaine de maisons déjà reconstruites avec l’accompagnement de l’armée qui a mis à leur disposition du matériel de construction », précise l’autorité qui revenait sur l’évolution de réinstallation des populations déplacées dans les zones conquises par l’armée au sud de la capitale du Balantacounda, Goudomp.

Le gouverneur est revenu sur le cas des villages de l’arrondissement de Nyassia conquis par l’armée après l’étape de la bande frontalière Goudomp-Adéane. Il précise que « même situation dans l’arrondissement de Nyassia. Nous sommes en train de voir comment réhabiliter l’école de Bazéré pour permettre aux enfants qui vont retourner de pouvoir reprendre le chemin de l’école. D’ailleurs, le bois sacré avec la cérémonie d’initiation (Boukout) qui se tient actuellement dans la zone se trouve à Bazéré. Après le Boukout, ces populations vont retourner pour s’installer définitivement ».

L’autorité d’assurer que « dans toutes les zones libérées, les populations sont accompagnées pour une installation définitive et durable. Il y a les populations des villages de Badem et Bagam qui se préparent pour retourner », conclut l’exécutif joint par téléphone.
Jeudi 16 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :