Goudomp : Moussa Baldé, DG de la SODAGRI, visite les périmètres rizicoles du département


Moussa Baldé, directeur général de la Sodagri, vient d’effectuer une visite dans les 13 000 hectares rizicoles du département de Goudomp (région de Sédhiou), ce 1er octobre. Cette superficie exploitée puis encadrée par l’entreprise pourrait atteindre une production record de 683 tonnes, ainsi que nous y prédispose la qualité des semences distribuées.

A cet effet, la vallée de Kougne  commune de Yarang  est une des étapes où il a rencontré les producteurs qui se sont réjoui du travail effectué par la Sodagri avant de décliner leurs doléances.

« Nous espérons de bonnes récoltes cette année, du Bassin de l’Anambé jusqu’ ici car nous avons eu une bonne pluviométrie comparée à l’année dernière. Et le sourire d’espoir que je lis sur le visage des productrices et producteurs en dit beaucoup », a déclaré le directeur général.

Avec enthousiasme, il avance : « Nous voulons que les villages nourrissent les villages avec la politique d’autosuffisance en riz, voire même exporter la surproduction pour créer de la valeur ajoutée. »

Fatou Cissé productrice de cette vallée d’affirmer : « Avant la venue de la Sodagri, nous faisions 5 à 7 sacs à l’hectare mais aujourd’hui la donne a changé avec les moyens techniques et logistiques ».

Abondant dans le même sens, Hana Keita responsable départemental de la Sodagri à Goudomp, ajoute :  « l’intervention de la Sodagri dans ces vallées a permis non seulement d’accroitre le rendement mais aussi de réduire la pauvreté. Aujourd’hui, ces femmes font 2 à 4 tonnes à l’hectare et ceci leur permet de subvenir aux besoins culinaires, aux frais liés à la scolarité de leurs enfants et à avoir accès à de meilleurs soins de santé. Et les producteurs sont environ mille dans ces vallées. »

Revenant sur les doléances, le DG de la Sodagri, par ailleurs président du Conseil départemental de Kolda de dire : « pour la question de la mécanisation, j’ai toujours dit qu’il faut s’organiser en groupements d’intérêt économique (gie) pour l’acquisition de tracteurs subventionnés par l’Etat. A ce titre, le gie peut verser pour cinq cents mille acquérir le prix du tracteur et payer le reste par tranche car il est subventionné par l’Etat. Et tout cela entre dans le cadre d’aider les producteurs. »

Ensuite, il a visité les vallées de Djimassar et de Birkama où les doléances ont porté, entre autres, sur la construction de digues, l’obtention de tracteurs et de semences. Et il a fallu le partenariat avec la Sedab qui distribue les semences comme le nérica l19 et 4, le sahel 108, le war 77 et le b6 90.2 et l’expertise de la Sodagri pour arriver à ce résultat.
Mardi 2 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :