Gorgui Sy Dieng « dunk » Matar Ba : Il réclame ses 38 millions au ministère des sports


Le Basketteur international sénégalais Gorgui Sy Dieng réclame ses sous au ministère des sports. Le pensionnaire des « Wolves de Minnesota » avait en effet prêté la somme de 38 175 920 francs Cfa, au ministère des sports en vue de solder des problèmes financiers urgents qui s’étaient posés lors du regroupement de l’équipe nationale alors en préparation pour l’Afro basket 2017. C’était le 25 août 2017, en Espagne.
 
Gorgui Sy Dieng de rappeler que « les autorités étaient confrontées à la décision prise par l’hôtel de faire sortir la délégation du Sénégal pour non paiement des sommes dues, mais également à la menace de grève des joueurs qui n’avaient pas reçu leur primes de préparation et la menace de l’entraîneur et de son staff de ne pas continuer avec l’équipe s’ils ne reçoivent pas leur argent ».
 
Mais quatre mois après, rien, alors que « des assurances lui avaient été données qu’il
sera remboursé au plus tard le 4 septembre », le Basketteur court toujours derrière son dû.
 
« J’étais mû par la seule volonté de régler un problème et permettre à mon équipe nationale de préserver sa bonne image, étant entendu que nous étions dans un processus qui devait nous mener à la victoire finale à l’Afrobasket 2017. (…) Malheureusement, et après plusieurs rappels, ni le ministère des sports ni la fédération ne daignent jusqu’à présent honorer leur engagement. Déjà alors qu’on était à Dakar pour le compte de la phase de poule, plusieurs assurances m’ont été données que je serais remboursé avant qu’on ne s’envole pour Tunis. Ensuite, une fois à Tunis, on m’a répété que je serais payé à la fin de l’Afrobasket. A la fin de l’Afrobasket, il m’a été dit que je serais payé avant de rentrer aux Etats Unis.
Une fois que j’ai rejoint mon club, et toutes les semaines jusqu’aujourd’hui, on me fait des promesses » explique t’il dans un communiqué qui nous est parvenu
 
De guerre lasse, explique t’il, «je me suis décidé à dénoncer ce manque de respect et de considération des autorités sportives de mon pays à mon égard et surtout les écarts, désormais nombreux dans la gestion des finances des opérations liées aux équipes nationales. En effet, ce n’est pas la première fois que des manquements financiers sont notés. J’avais espéré que ce serait la dernière, mais hélas».
 
Pour finir, le natif de Kébémer avoue avoir « été naïf, de croire aux explications servies ». Et regrette avec le recul, « avoir sauvé une situation qui aurait terni l’image de son pays ».  Il assure pour finir, n’écarter aucune voie pour rentrer dans ses fonds.
   
Mardi 12 Décembre 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :