Gestion du foncier : « Nos terres ont été spoliées par l’État du Sénégal, qui a permis à ces fonctionnaires véreux, de se partager les terres de la presqu’île du Cap Vert » (Alioune M. Samb, Imam Ratib)


Intervenant en dernier pour conclure la journée de communion des Lébou tenue ce 12 juin à la Mosquée de la Divinité, en présence des représentants des 121 villages du terroir lébou, des villages de Tank (Ngor, Ouakam et Yoff), et des 12 Pencc de Dakar, l’Imam Ratib de Dakar, Alioune Moussa Samb dira :  "nous voici encore une fois réunis au sein de cette illustre Mosquée de la Divinité ce 12 juin 2021, revitalisés par le souffle des ancêtres portant le serment de Laakoon, Faakoon, Ñaakoon".  

Selon toujours l'Imam Samb, "le Lébou doit être véridique et ne devrait, pour rien au monde, s’adonner au mensonge. Il y’a un adage qui dit « Qui te prête des yeux, tu regardes où il veut », le Lébou doit refuser de tomber dans ces travers et connaître la honte." 

Poursuivant sa communication, l'Imam dira que la faillite de l’intelligentsia lébou, "est due aux nouveaux intellectuels lébou qui n’ont pas été fidèles aux ancêtres, en trahissant leurs mémoires".

Toujours selon lui, l’organisation sociale des lébou est bâtie autour du peuple qui gouverne directement par l’entremise de ses représentants qui sont le Jaraaf, le Ndeye ji Rew, le Saltigué et le Serigne Ndakaru. À chacun d’entre eux, il a été confié des missions bien précises, sous le contrôle de deux assemblées... Nous n’avons donc pas de Chef dans notre communauté lébou et encore moins de chef supérieur. Parmi tous ces dignitaires, seul le Serigne Ndakaru  prête serment parce qu’il n’est que le porte parole de la collectivité et ne saurait être investi du titre de Chef supérieur de la collectivité. 

Abordant l'épineuse question du foncier, l'imam s'en prendra directement à l'État du Sénégal. En effet,  selon lui, "nos terres ont été spoliées par l’État du Sénégal; la loi sur le domaine national a été dévoyée par les différents gouvernements pour aboutir à un code du domaine de l’État qui a permis au gouvernement et à ses fonctionnaires véreux, de se partager les terres de la presqu’île du Cap-Vert au détriment du peuple lébou. Cette spéculation foncière qui laisse le sentiment et la réalité d’une dépossession créant des frustrations et des rancœurs dans les 12 Pëncc et les 121 villages lébou, nous devons puiser dans nos valeurs profondes certes, de paix, de dépassement de soi, d’honneur mais aussi de rigueur et de solidarité, devant nous permettre désormais, de constituer le bouclier sans lequel nous continuerons d’être piétinés",  a t-il fait savoir. 

Se prononçant sur les élections locales qui se préparent, il est formel : "les lébou n’accepteront plus qu’on leur impose des candidats. Ils défendront dans chacun de leurs villages et pëncc, leurs candidats", a tenu à faire savoir l'Imam Ratib de Dakar.
Lundi 14 Juin 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :