Gestion des affaires locales et perspectives électorales : Opposition et majorité présidentielle face à la prise de conscience des administrés.


Une vive tension autour du report des élections locales caractérise la scène politique ces derniers jours. Certains se plaignent de cette nouvelle décision de repousser ces localités à début 2022, tandis que d'autres sont simplement en phase avec ce report. Les mobilisations tous azimuts ainsi que la fidélisation des militants commencent à se faire sentir du côté de la majorité présidentielle comme  de l'opposition. Et l'une des batailles qui attire toutes les attentions est celle de la ville de Dakar. 

L'avis de l'analyste politique Mamadou Sy Albert sur cette question a été de rappeler que l'important c'est que les deux camps (opposition comme pouvoir) parviennent à répondre favorablement à l'offre politique communale qu'attendent les administrés.

La reconquête de la ville par l'opposition sera un des principaux enjeux qui caractériseront ces perspectives locales. En effet, Khalifa Sall qui était le maire de la ville est toujours en ordre de bataille pour retrouver la confiance que les Dakarois lui témoignaient (même s'il semble miser sur Barthélémy Dias).

En effet, ce dernier ayant de l'expérience avec ses deux mandats de maire, et étant un proche de l'ancien maire, il peut bien être le dauphin de l'ex maire de Dakar. Comme l'a souligné l'analyste politique Mamadou Sy Albert, " le département de Dakar n'est plus un enjeu pour Khalifa Sall. Il a pris de l'âge, et avec son ambition nationale, donc miser sur quelqu'un comme Barthélémy Dias ne serait que légitime". Pour ce qui est du côté de l'Alliance pour la République, il y'a un contrôle de Pikine et de Guédiawaye. Par contre au niveau de la ville de Dakar, la suprématie est loin d'être une réalité, si l'on se fie aux propos de l'analyste politique. Il y'a d'ailleurs un conflit de leadership entre certains responsables politiques du parti au pouvoir. Ce problème de leadership au niveau de Dakar pour la majorité (même si le Benno est bien en marche), reste un réel problème pour s'imposer dans la capitale. C'est d'ailleurs, selon Mamadou Sy Albert, une situation qui risquerait d'éclater lors du choix des têtes de liste.
L'opposition, pour sa part également, n'a pas de leader régional. C'est un réel problème pour l'opposition de mettre en avant un leader capable de diriger le département de Dakar, de Pikine, de Thiès etc. "Elle n'a pas en réalité de chefs départementaux", évoque notre interlocuteur. Khalifa Sall est cependant l'exception par rapport à l'opposition car, ayant l'expérience départementale. Cependant, Barthélemy Dias serait le mieux gradé en matière d'expérience dans la gestion communale. Cette ambition de réaliser l'unité autour des différentes synergies de l'opposition est aujourd'hui, un des facteurs qui vont aider l'opposition à trouver le leader qu'il faut.

Pour Mamadou Sy Albert, ce qui importe en fin de compte, que ce soit du côté de l'opposition comme celui du pouvoir, c'est  de bien prendre en compte le pouvoir local. "Nos hommes politiques ont l'habitude de connaître la marche de leurs partis politiques, de l'État etc..., mais la gestion des affaires au niveau local reste leur point faible alors qu'aujourd'hui, les gens sont beaucoup plus regardant par rapport au budget, aux dépenses etc... C'est pourquoi, il est nécessaire, des deux côtés, de trouver un consensus autour d'un leader apte à prendre en compte les besoins primordiaux au niveau local des administrés...
Lundi 19 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :