Gestion de l'Apr à Pikine : Macky Sall invité à prendre à bras le corps les préoccupations des militants à la base


L'Alliance pour la république (APR) est elle plongée dans un coma dont elle ne peut pas se  relever dans le département de Pikine ? L'affirmative semble être la réponse après les nombreuses secousses traversées par la formation présidentielle ces derniers temps. Et jusque-là, aucune réponse concrète ne semble être apportée aux préoccupations des militants qui continuent de donner de la voix pour exiger plus de considération. Ils se sont encore fait entendre ce mercredi, à la permanence du parti sis, à Pikine Tally Icotaf.
Autour du collectif « Apr Va Mal », ils ont mis le doigt et disent à qui veut les entendre que leur formation politique n'a jamais été aussi mal gérée dans le département. « Le comble et le Rubicon ont été franchis avec le ras le bol et la grave de la faim des braves femmes responsables, respectables, battantes et des jeunes filles républicaines qui sont totalement ignorées et abandonnées et souffrant du coup d'une frustration traumatisante et sans assistance », font-ils remarquer dans une déclaration faite devant la presse.
Pour eux, c'est la résultante de l'ingratitude dont ils sont victimes de la part de responsables censés les chouchouter. Pour que le vase de leur colère ne déborde pas, ils exhortent le président du Parti, en l’occurrence Macky Sall, « à prendre d'ores et déjà à bras le corps ce séisme » et de s' « approcher et d'écouter les personnes fiables et crédibles qui peuvent vous fournir les bonnes informations sur ces événements malheureux qui ne reflètent pas une bonne image de votre formation politique. Ils lui demandent de se défaire de ceux qu'ils appellent des « oiseaux de mauvaise augure et personnes incompétentes » qui ne plaident pas pour sa cause et l'éloignent « des gens qui l'aiment et se consacrent » à lui, « sans réserve ».

Ces militants en rogne ne l'ont pas été que contre leurs responsables. L'opposition, particulièrement Ousmane Sonko en a pris pour son grade pour son « manque de respect » aux institutions. Ils lui demandent d’arrêter « les attaques calomnieuses et mensongères envers le régime en place sur des dossiers qu'il ne maîtrise pas et avec lesquels il joue ».

Comme pour l'inviter à la fermer, ils invitent l'Assemblée nationale à lever son immunité parlementaire « s'il persiste dans ses délires calomnieux ». Pour finir, ils invitent le leader de Pastef à éclairer la lanterne des sénégalais sur son implication dans l'affaire Tullow Oil.
Jeudi 26 Septembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :