Génocide des Ouïghours : où sont les Sénégalais qui manifestaient pour un dessin ? (Dr Seydi Diamil Niane)


Il y a quelques semaines, des milliers de Sénégalais défilaient dans le centre de Dakar, dans un contexte de crise sanitaire mondiale pour protester contre ce qu’ils appelaient « les caricatures blasphématoires ». Bien évidemment, ils visaient les caricatures republiées par Charlie Hebdo suite à l’assassinat abject de Samuel Paty.

Qu’on se comprenne bien. Chacun est libre de protester, dans la limite du respect de la loi, lorsqu’il se sent injustement touché. Les caricatures du Prophète m’ont heurté comme la plupart des autres musulmans d’ailleurs. De plus, le contexte de l’islam en France, que je connais d’ailleurs très bien pour avoir vécu et militer pendant des années à l’Hexagone, n’aide pas à pacifier les esprits. L’islamophobie montante dans le pays de Sartre doit être dénoncée haut et fort. Et comme le dit  justement mon ami Bakary Sambe, les discours de l’élite française d’aujourd’hui sur l’islam ne fait qu’affaiblir les défenseurs de la laïcité au Sahel. Je dirais même que les défenseurs de la démocratie sont les vrais perdants.

Mais franchement, disons-nous les choses sans langue de bois. Un simple dessin, horrible soit-il, ainsi qu’une sincère volonté de défendre un Prophète caricaturé peuvent-ils  expliquer cette forte mobilisation ? Je me disais que oui. Avec le recul, la réponse est non. Il y avait une ferme volonté de règlement de comptes avec la France, ex puissance coloniale, dans cette forte mobilisation.

Qu’on se dise la vérité. Un vrai problème de logique taraude mon esprit. Si la défense de l’islam était la seule motivation des marcheurs contre les caricatures, la défense des Ouïghours, ces êtres humains tués, enfermés dans des « camps de concentration » et, comme nous l’avons appris cette semaine encore, réduits en esclaves en raison de leur seule appartenance à l’islam n’aurait-elle pas dû mobiliser tout le Sénégal et toute l’Afrique ?  En vérité, les 570 000 Ouïghours enrôlés dans des camps de coton au Xinjiang ne trouveront aucune association islamique sénégalaise pour défendre leurs causes. On me dira que les autres pays du monde musulman ne valent pas mieux. En effet, mais je suis Sénégalais. Et lorsque mon peuple trahit l’idéal de mon pays, je me sens moi-même trahi.

Où sont ceux qui appelaient à boycotter les produits français ? À ne plus emprunter l’Autoroute de l’Avenir où à provoquer la faillite d’Auchan pour de simples dessins, « dégoûtants » soient-ils par ailleurs ? Appelleront-ils à boycotter les produits chinois ? Non. La Chine n’est pas la France. La première commet un génocide sous nos yeux. La deuxième se contente de dessiner.

Alors oui, la vérité des vérités est que le seul mot « francophobie » pourrait expliquer les critiques virulentes adressées par des Sénégalais à la France et ce silence radio, des mêmes Sénégalais, face au génocide des Ouïghours.

Qu’on me comprenne aussi. Je ne critique pas les mobilisations contre les caricatures et contre l’islamophobie montante en France. Tout ce que je déplore, c’est cette indignation sélective et à géométrie variable comme si une vie humaine valait mois que la Une d’un journal satirique, islamophobe soit-elle.

Aux Ouïghours, mes frères en humanité, au nom de la Terre qui m’a fait naître et m’a vu grandir, je demande pardon. Pardon de faire partie d’un peuple qu’un petit crayon fait trembler plus que le sang des martyres.

 

Dr Seydi Diamil Niane

Islamologue, chercheur à l’IFAN-Cheikh Anta Diop
Jeudi 17 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :