Frontière Sénégal-Guinée Conakry : À qui profite le trafic illicite de voyageurs ?


Frontière Sénégal-Guinée Conakry : À qui profite le trafic illicite de voyageurs ?
Officiellement fermée, la frontière entre le Sénégal et la Guinée Conakry continue d’être franchie régulièrement par des taxis-motos. Ainsi, les voyageurs déboursent la rondelette somme allant de cinquante mille f cfa à cent cinquante mille f cfa pour traverser la frontière. Et la question que l’on se pose serait à qui profite ce trafic illicite mais combien lucratif ?  
 
Ainsi, la région de Kolda partage une large bande frontalière avec ce pays et dispose des postes frontaliers de Dialadiang et Kalifourou très fréquentés par les voyageurs. Par exemple à Kalifourou ce sont deux files de véhicules qui longent les deux côtés de la route qui stationnent depuis la fermeture de la frontière. Ici aucun trafic de véhicule n’est enregistré en provenance de la Guinée voisine. Aujourd’hui, c’est un véritable réseau qui s’est vite formé pour convoyer les voyageurs entre les deux pays. Pour en savoir plus, nous avons approché certains voyageurs venant de ce pays pour nous édifier sur cette situation. 
 
H. D venant de la Guinée Conakry et qui  préfère garder l’anonymat,  de préciser : « officiellement ils disent que la Guinée a fermé ses frontières avec le Sénégal, mais officieusement on continue de voyager. C’est autre chose sur cette route car sur place des barrages sont mis tout au long de la route. Nous constatons que ce sont des barrages de maquillage puisque le trafic se fait tranquillement par moto. Et au niveau de chaque barrage le motocycliste paie aux frais du voyageur et ce n’est pas moins de 100 motos qui passent là-bas par semaine. On se demande où va tout cet argent récolté, dans leurs poches ou dans les caisses de l’État?… »  
 
Selon un témoin, « cet argent récolté serait partagé entre nos autorités préfectorales frontalières d’avec le Sénégal. C’est pourquoi, ces dernières n’ont aucun intérêt à voir les frontières rouvertes. » 
 
La plupart de ses compatriotes que nous avons approchés restent sceptiques quant à une éventuelle réouverture de la frontière. Ils doivent prendre leur mal en patience et ouvrir grand leurs portefeuilles... 
 
Mardi 3 Août 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :