Foncier : Le Collectif des quartiers traditionnels de Joal annonce une plainte contre le maire.


La commune de Joal-Fadiouth est encore en eaux troubles à cause d’un problème foncier qui oppose le maire Boucar Diouf et des populations réunies autour du Collectif des quartiers traditionnels de Joal. Les membres de cette organisation locale sont d’ailleurs montés au créneau pour dénoncer un projet de morcellement de terrain que le maire et son équipe veulent mettre en œuvre et que ledit collectif juge illégal. Une raison pour les populations d’annoncer le dépôt prochain d’une plainte contre le maire.

’Nous nous opposons à ce projet de lotissements illégaux de la mairie de Joal. Mais nous suivons toute la procédure  conformément au droit. Nous ne comptons pas arracher des bornes parce que nous sommes des légalistes. Mais nous allons saisir la justice. Nous comptons porter plainte contre le maire, au niveau du procureur’’, a déclaré Idrissa Diène, porte-parole du Collectif des quartiers traditionnels de Joal, par ailleurs, président des producteurs agricoles de ladite localité.

Pour les membres de ce dit collectif et lui, tout lotissement doit obéir à des normes. ‘’Il doit au préalable y avoir une délibération du conseil municipal. Mais la procédure légale n’a pas été respectée’’. M. Diène dit avoir appris d’ailleurs, avec ses semblables, que sur les 56 conseillers municipaux, les 53 avaient demandé et obtenu des parcelles. D’où leur demande pressante au ‘’respect des conditions requises pour pouvoir procéder à des morcellements’’. Le ministère de l’Environnement et celui chargé de l’Assainissement ont été également saisis, a-t-il prévenu. 

À en croire M. Diène, leur refus d’adhérer au dit projet s’explique. ‘’Nul n’ignore que dans ces stations de traitement des eaux usées, ils s’échappent des gaz. C’est le cas avec le gaz ammoniac et le sulfure d’hydrogène. N’oublions pas qu’il y a un rayon réglementaire d’au moins 200 mètres qui n’est pas respecté. En plus de la décharge d’ordures qui est juste là derrière le site. C’est en fait une zone de pâturage... Nous tendons la main à tout le monde. Mais, il faut préciser qu’aucun acteur politique n’est derrière nous'', dira le président des producteurs agricoles de Joal. 

Ce dernier et ses voisins et parents, disent être unanimes sur le fait que le site choisi est ‘’une zone qui n’est pas habitable’’. Nous avons interpellé le maire en question et avons saisi l’autorité administrative, en l’occurrence le préfet ainsi que tous les services concernés comme l’Onas, le ministère de l’Environnement pour les alerter. Parce qu’en réalité, il y a des normes préétablies pour une habitation normale. Aujourd’hui, si l’on se réfère au Plan d’aménagement territorial, on ne doit plus ériger de tels sites comme zone d’habitation’’ a-t-il déclaré. Leur refus, rappelle encore Idrissa Diène, s’explique par le fait qu’il y a un véritable problème. ‘’Ce site servait, jadis d’activités rizicoles. C’est des rizières. Et nous, les quartiers traditionnels, qui sommes les ayants droit, n’avons pas été consultés. Nous avons entendu dire qu’il y a un représentant de délégués de quartier à leurs côtés. Ce qui est faux. Il y a qu’un seul délégué et celui-ci n’a pas reçu mandat. La Mairie s’est appuyé sur lui pour procéder à ces lotissements illégaux. Ce à quoi nous nous opposons. Nous userons de tous les moyens légaux pour contrecarrer ce projet’’, a déclaré M. Diène, au cours d’une déclaration couverte par Dakaractu. 

Cette rencontre, pour ledit collectif, ‘’est juste une alerte, un appel au président de la République. Nous avons entendu l’équipe municipale parler de rattachement. Nous estimons que c’est pour contourner les textes. Les derniers lotissements dans cette zone datent de 2008. Et ils étaient autorisés par le président de la République, d’alors, Abdoulaye Wade.

L’Assemblée générale des 4 quartiers (Mbélénième, Ndiongue, Mbour Diokhaam et Ndoubaap) qui composent ce dit collectif, prendra sa décision, a signalé le porte-parole qui parle d’un plan d’actions déjà. 

Joint par téléphone, le maire de Joal, Boucar Diouf a promis de se prononcer lundi prochain. 
 
Dimanche 5 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :