Financement du Plan Sénégal Emergent : la France libère le double du montant promis


« Lors de la réunion du Groupe consultatif pour le Sénégal tenue à Paris en février 2014, la France avait annoncé de nouveaux engagements pour appuyer le financement du Plan d’Actions Prioritaires (PAP) 2014-2018 du Plan Sénégal Emergent pour un montant de 282 milliards de F CFA », c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan ce vendredi. Cela, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la première session de revue annuelle conjointe du Programme de Coopération entre le Sénégal et l’Agence Française de Développement.
« De 2007 à maintenant, l’AFD a approuvé un total de 55 opérations en faveur du Sénégal pour un montant de 1 305,5 millions d’euros, soit environ 856,4 milliards de FCFA », rappelle M. Amadou Ba.

Ce dernier de poursuivre : « Ces engagements se sont concrétisés depuis cette date par la signature de vingt-neuf (29) conventions de financement avec l’AFD pour le montant de 580 milliards de FCFA, soit le double des financements initialement annoncés ».

« Les engagements en cours d’exécution prévus dans le DCP portent sur un montant de 361 millions d’euros soit environ 237 milliards de FCFA dont 358 millions d’euros soit environ 235 milliards de FCFA exécutés par le biais de l’Agence française de Développement et le reste des engagements est mis en œuvre par d’autres canaux tels que le Service de Coopération et d’Actions Culturelles de l’Ambassade de France au Sénégal », informe l’argentier de l’Etat.

Il a précisé que cet exercice permet également d’identifier les défis et les principales contraintes rencontrées dans la mise en œuvre des projets et programmes de coopération en vue de capitaliser les meilleures pratiques et de formuler des recommandations pertinentes à même d’améliorer l’efficacité des interventions.

Pour mémoire, la coopération entre le Sénégal et la France est régie par plusieurs accords signés pour l’essentiel, de 1974 à nos jours. « Le Sénégal a toujours été classé parmi les pays prioritaires pour l’attribution de l’aide publique au développement », s’est réjoui monsieur Ba.

Il a souligné que le dernier document cadre de partenariat pour la période 2013-2017, a fixé les priorités de la coopération bilatérale entre la France et le Sénégal en identifiant les trois domaines prioritaires d’intervention suivants :

-      le développement durable avec comme secteurs d’intervention l’agriculture, l’environnement, l’eau et l’assainissement ;

-      la gouvernance démocratique avec comme secteurs d’intervention l’état de droit, la décentralisation, la défense, la lutte contre les trafics et la société civile ;

-      le développement humain avec l’éducation et la santé comme secteurs d’intervention.

 Les domaines d’intervention du Document Cadre de Partenariat (DCP) recoupent les axes stratégiques du Plan Sénégal Emergent (PSE) que sont :

ii) la transformation structurelle de l’économie et la croissance, (ii) le capital humain, la protection sociale et le développement durable, (iii) la Gouvernance, les institutions, la paix et la sécurité.

« La disponibilité du Document Cadre de Partenariat permet aux deux Gouvernements d’avoir une visibilité sur les domaines de concentration de leur coopération bilatérale et une prévisibilité sur les ressources programmées dans la période du DCP pour le financement des actions de coopération bien ciblées », conclut le ministre.
Vendredi 24 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :