Face à la boulimie foncière de la Société Immobilière du Golf (SIG) , les résidents et propriétaires opposent un niet à la construction de 12 nouvelles villas


Face à la boulimie foncière de la Société Immobilière du Golf (SIG) , les résidents et propriétaires opposent un niet à la construction de 12 nouvelles villas
Depuis une semaine la SIG fait face à la résistance des propriétaires et résidents de la cité Alioune Sow et principalement ceux qui habitent les immeubles à côté desquels se trouve le dernier espace de la cité. Dans le plan initial, se plaignent les résidents, la SIG devait construire que sur 70% du foncier et laisser des espaces verts pour les habitants. Cette dernière n’a pas respecté sa parole et a presque construit sur les 97% du foncier ne laissant absolument rien comme aire de jeu pour les enfants, ni terrain de sport, ni espace pour une école primaire publique pour une cité qui compte aujourd’hui de nombreux propriétaires et locataires.
Pire, la SIG, selon un des membres du collectif, a voulu construire les 12 villas  sans autorisation et en violation flagrante de la loi. « Quand nous leur avons réclamé l’autorisation de construire sous la pression du conseil de quartier, la direction a admis n’avoir pas encore d’autorisation de construire » dit M. Sall un des propriétaires de l’appartement et n’eût été la diligence de la DESCOS qui est venue à deux reprises arrêter le chantier, ils auraient fait un forcing.
Décidés à en découdre avec la direction de la SIG, les résidents leur ont interdit l’accès au sous-sol qui servait de dépôt pour le matériel. Après avoir vendu les immeubles, la SIG dans sa recherche effrénée et indécente de revenus, voulaient vendre le sous-sol qui revient de droit aux propriétaires des appartements sous forme de copropriété.
Au même titre que les villas, chaque appartement devait disposer d’un parking, mais au final la SIG n’a pas aménagé les parkings. Ce qui a fini par installer l’anarchie sur l’axe principal de la Cité Aliou Sow, mais avec la construction des nouvelles villas, celle-ci voulait aménager un petit espace pour une vingtaine de véhicules alors qu’ils ont vendu plus de 70 appartements.
« Ils ne nous respectent même pas, tonne Mme Condoul, ils ont même décapé une partie de la rue pour l'ajouter aux nouvelles villas qu’ils ont construites, mettant ainsi en danger la vie des résidents ».
« Il est indécent voire insultant, selon M. Seck, un des résidents de la cité, que la direction s’aménage un parking pour leur propre travail et nous interdise d’y stationner même la nuit. Trop c’est trop et nous réclamons cet espace pour nos enfants, pour le bien être des habitants de la cité parce qu’ils se sont faits assez d’argent. Il faut savoir raison garder. »
Décidés à aller jusqu’au bout de leur combat, les résidents de la cité ont convenu de porter plainte contre la SIG pour abus de confiance, faux et usage de faux, non-respect des normes environnementales et abus de pouvoir. Pour ces derniers il est hors de question de laisser la direction faire ce qu’elle veut du foncier qui reste dans la cité Alioune Sow...
Dimanche 16 Septembre 2018
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :