FORUM D’ABU DHABI POUR LA PAIX / Le déclaration de Serigne Abdou Lahad Mbacké Gaïndé.

À Nouakchott pour prendre part à la 2ème Conférence Africaine pour la paix qui s’est tenue du 08 au 10 février 2022 en prélude du Forum d’Abu Dhabi pour la paix, le ministre conseiller Serigne Cheikh Abdou Lahad Mbacké Gaïndé Fatma choisi de revenir, dans son discours, sur la nécessité qu’il y’a à recouvrer la paix dans le monde et surtout dans la partie subsaharienne de l’Afrique non sans révéler les causes de l’instabilité. La rencontre avait pour thème : « Promouvoir la paix dans le monde ».


Monsieur le Président de la République islamique de Mauritanie Mouhamed Ould Cheikh Al- Ghazaouany

Monsieur le Président du Forum pour la Paix Cheikh Abdallah Bin Bayyah
Mesdames, Messieurs les Ministres
Excellences Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs

Honorables Guides religieux, Oulémas et SavantsHonorables invités en vos rangs et qualités respectifs
 
Nous avons l’immense plaisir de nous retrouver parmi vous pour débattre du thème de la promotion de la paix dans le monde  Un thème d’une brûlante  actualité parce que la situation actuelle du monde reste marquée par des conflits armés dans plusieurs zones malgré les efforts des organisations internationales et des Etats. Soixante-dix-sept ans après la fin de la seconde guerre mondiale, nous continuons de payer un lourd tribut de la guerre.

D’après les Nations-Unies, 160 millions de personnes vivent dans des zones à risques élevés, 79 millions de déplacés et 99 millions qui vivent dans une insécurité alimentaire dans 23 pays. En Afrique,  5 millions d’enfants ont été arrachés à notre affection en 20 ans dans des zones de conflits. On comptabilisait 266000 violations de droits des enfants rien qu’en 2020.
Dans le monde, le ¼ des victimes sont des enfants alors que 88% d’entre elles sont constituées de civiles.
Ces chiffres non exhaustifs mais ô combien alarmants montrent à quel point la situation est dramatique.
 
M le Président de la République, Honorables invités,
            
L’Afrique subsaharienne est la partie la plus touchée. Selon une étude de chercheurs de l’Université allemande de Hambourg, sur 29 conflits dans le monde en 2020, 10 étaient localisés en Afrique noire, soit plus du 1/3.

Les causes sont nombreuses et variées. Sans être exhaustif, nous citerons :

- D’abord l’instabilité politique, les difficultés économiques et sociales ne favorisent guère un climat propice à la paix. La répression et l’impossibilité d’une expression libre des droits et libertés conduisent souvent à des révoltes et des soulèvements sources de violences et de conflits endémiques.

- Ensuite, la faiblesse de certains Etats, la mauvaise gouvernance et la pauvreté constituent le lit d’un cocktail explosif souvent fatal à la pérennisation de la paix dans certains pays.

- La désagrégation de certains Etats ayant conduit à la prolifération des armes légères et des armes de guerre est aussi un autre facteur de la violence à l’origine par exemple en grande partie à la déstabilisation du Sahel. Les bandes armées, les irrédentistes, les terroristes ont accès à un arsenal militaire redoutable pour semer la terreur dans toute la zone.  

- Enfin le terrorisme qui trouve un terreau fertile en Afrique ces dernières années. Les difficultés énumérées plus haut combinées à l’ancrage assez fort de la foi chez les populations africaines favorisent l’instrumentalisation de la religion et l’extrémisme religieux. Les attentats, les menaces diffuses et multiformes sont ainsi devenues monnaie-courante dans un environnement caractérisé par le manque de ressources, la faiblesse des Etats, la défaillance des mécanismes de régulation et l’absence d’outils de renseignements performants.
 
Excellence M le Président de la République,

Nos pays déploient beaucoup d’énergie pour face à ces conflits. Le Sénégal qui n’est pas en reste joue sa partition avec compétence, dynamisme et succès. Sous la houlette du Président Macky Sall, le gouvernement sénégalais a toujours pris ses responsabilités pour accompagner la restauration, le maintien et la pérennisation de la paix partout où elle est menacée. La promotion de la paix est un axe fondamental de sa politique.

Les excellentes relations entretenues avec la République Islamique de Mauritanie en témoignent si besoin en était. Situés de part et d’autre du fleuve trait d’union d’un même peule uni par l’histoire et la culture, le Sénégal et la Mauritanie offrent un très bel exemple de bon voisinage. Excellence Monsieur le Président de la République, avec votre frère, le Président Macky Sall, vous avez su hisser à un niveau jamais égalé la coopération entre les deux pays frères. Vous êtes, tous les deux, animés par un esprit de solidarité et de partage sans commune mesure. Ainsi la découverte des ressources naturelles a consolidé davantage l’excellence des relations de vos deux pays.
 
M le Président,
     
Les relations sénégalo-mauritaniennes sont basées sur un socle culturel et religieux assez solide. Historiquement les deux pays partagent la même culture et les mêmes croyances. La religion a été un vecteur important. Les grandes figures islamiques appartenant aux deux pays ont joué un rôle déterminant dans leurs histoires si imbriquées. Les fidèles se retrouvent dans les mêmes confréries, les savants fréquentent depuis la nuit des temps les mêmes écoles et partagent les mêmes courants de pensée. Les échanges épistolaires et littéraires constituent une parfaite illustration.

Vous et votre homologue sénégalais, vous avez le mérite, Monsieur le Président d’avoir préservé tous ces acquis malgré les enjeux financiers énormes qu’implique la découverte du Gaz et du pétrole. La Mauritanie et le Sénégal délivrent ainsi une très belle leçon au monde entier, une leçon de paix, de solidarité, de partage.
     
La coopération entre les deux pays est parfaite au plan économique, militaire et diplomatique avec la tenue de réunions présidentielles et ministérielles qui aboutissent souvent à des accords gagnant-gagnant et à la réalisation de projets d’envergure dont le dernier en date est la construction en cours du pont de Rosso qui va raffermir davantage les liens, faciliter et fluidifier la circulation des personnes et des biens.

Le Sénégal et la Mauritanie n’hésitent pas à harmoniser leurs positions dans les instances internationales et collaborent étroitement dans la lutte contre le terrorisme qui menace de plus en plus les Etas sahéliens.
 
Notre présence à ce forum, Monsieur le Président, entre en droite ligne de ces excellentes relations sénégalo-mauritaniennes que nous venons de décrire.
    
Le Forum pour la Paix est une plateforme d’échange pour promouvoir la paix dans le monde. Pour nous sénégalais lieu ne saurait être mieux indiqué que la République Islamique sœur de Mauritanie pour l’abriter. C’est la raison pour laquelle nous éprouvons une grande satisfaction d’y participer pour discuter de thèmes aussi importants que ceux retenus par le Forum pour la Paix de Abu Dhabi dans le cadre de la Conférence Africaine pour la Paix.

Cette Conférence deuxième nom, revêt à nos yeux une importance capitale. C’est un grand moment pour les savants et les Oulémas de discuter des voies et moyens de consolider la paix dans le monde. L’Union Africaine ne s’y est pas d’ailleurs trompée en adoptant la Déclaration de Nouakchott qui a émané de la première édition lors de son 33 Sommet. Nous restons convaincus que les sommités qui assistent à la présente édition produiront un rapport qui connaitra le même succès au moment où le Président Sall prend les rênes de l’Union Africaine. Le Président sénégalais place en effet son mandat sous le signe de la paix en faisant je le cite « taire les armes et construire une culture de dialogue et de concertation dans le cadre de la résolution des conflits » fin de citation (discours 35éme Sommet UA). Sa vision recoupe ainsi les objectifs de ce Forum. Nous espérons que vous allez l’accompagner pour la réussite de sa mission à la tête de l’UA.
 
Monsieur le Président, Le mérite de la réussite du Forum pour la Paix revient d’abord aux initiateurs qui ont réussi à réunir autour d’une même table tant de sommités gouvernementales, scientifiques et religieuses.
   
Cheikh Abdoullah Bin Bayyah, veuillez recevoir nos plus chaleureuses félicitations. Votre riche parcours gouvernemental et scientifique et vos qualités spirituelles et morales reconnues par toute la Umma Islamique et le monde entier vous prédisposaient à asseoir une organisation qui allait connaître un tel succès. Votre stratégie d’impliquer les acteurs non étatiques est une bonne initiative pour promouvoir la paix dans le monde. Vous avez compris qu’une démarche holistique a plus de chance de réussir dans la résolution des conflits. Les leaders religieux ici présents ont toute la légitimité et les compétences requises pour provoquer un changement de mentalités et l’adoption de comportements favorables à l’instauration de la paix dans le monde et en Afrique en particulier.

Les légitimités religieuses sont en effet armées pour freiner l’extrémisme qui résulte en fait d’une mauvaise compréhension de la religion musulmane qui est une religion de paix et de tolérance.
  
Nous pensons, Monsieur le Président, particulièrement à l’expérience sénégalaise avec les confréries soufies tolérantes, ouvertes, ancrées dans la Sunnah prophétique du juste milieu. Elles encadrent les fidèles, les accompagnent et les éduquent. Les grandes figures telles Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoulou Lahi, Cheikh Omar Foutiyou Tall, El Hadji Malick Sy, Cheikh Abdoulahi Niasse, Cheikh Bou Kounta, Seydina limamou Laye, Cheikhna Saad Bouh, Cheikh Sidia Baba et tant d’autres ont été à la base de ce modèle porteur de paix et de vivre ensemble. Cheikh Abdallah Bin Bayyah, merci d’avoir compris cela et merci encore d’avoir associé leurs descendants à ce forum. Leur présence va rehausser sans nul doute la qualité des débats et en assurer une meilleure vulgarisation.
Cheikh abdallah Bin Bayyah, nous prions Allah SWT de prêter encore une longue vie et de vous récompenser au centuple de vos nombreuses actions pour la Umma Islamique et l’humanité de manière générale.
 
M le Président, Honorables invités,

Permettez-moi au terme de mon allocution de vous réitérer nos remerciements ainsi qu’à votre gouvernement et à tout le peuple de la Mauritanie pour vos actions de tous les jours en faveur de la concorde et du vivre ensemble dans le monde.
Nous restons par ailleurs persuadés que les assises qui nous réunissent permettront une avancée significative de la promotion de la paix dans le monde en général et en Afrique en particulier.

Je ne saurais terminer, M le Président, sans remercier au nom du peuple sénégalais tous nos frères africains qui ont salué la victoire historique du Sénégal à la Coupe d’Afrique des Nations tout en encourageant la vaillante équipe égyptienne qui n’a pas démérité.
Je vous remercie de votre aimable attention.  
                                     
Cheikh Abdoul Ahad MBACKE
                                   
Ministre, Conseiller
Vendredi 11 Février 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :