FLSH - Ucad : Le SUDES/ESR prévient sur une éventuelle bombe sociale


La faculté des lettres et sciences humaines de l'Université Cheikh Anta Diop est confrontée à une situation critique impactant ainsi sur la qualité de l'enseignement.
En effet, la faculté des lettres à elle seule absorbe 32 000 étudiants pour un effectif de 207 enseignants, ce qui est loin de la norme préconisée par l'Unesco, à savoir 1 enseignant pour 25 étudiants dans les pays pauvres.
À cela s'ajoute le déficit du personnel administratif et le retard dans la livraison des infrastructures de base pour permettre aux apprenants de tenir correctement leurs cours.
La faculté qui fonctionne grâce aux droits d'inscription des étudiants se heurte aussi à une subvention jugée trop faible (110 millions fcfa) pour assurer la formation qui sied à ses étudiants.
Tout ces maux combinés ont poussé le Syndicat Unitaire et démocratique des Enseignants du Sénégal de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, à sortir de son mutisme afin d'alerter sur une éventuelle bombe sociale et ainsi inviter les autorités à engager leurs responsabilités.
Une sortie précédée par des entrevues avec les autorités universitaires, notamment le Doyen de la faculté des lettres et sciences humaines...
Jeudi 14 Février 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :