Etat d’urgence ou festin macabre ? (par MARVEL NDOYE)


Profitant de la tragédie Covid-19 en cours dans le monde et au Sénégal, des gouvernants et responsables qui se sont vus confiés des pouvoirs le temps d’un mandat se comportent en véritables ogres. Leurs instincts ne faiblissent pas même face à des civières, des lits d’hôpital, des cercueils.
 
A les observer agir ainsi en cette période grave, l’on est tenté de penser à cette citation d’un scénariste français, Souleymane Boel, qui écrit : « Comme le vautour, une crapule ne perd pas son appétit à côté des morts », à un mot près vu le respect que l’on doit à son prochain.
 
Pendant que les êtres humains dotés d’une conscience essayent de décoder le message que veut renvoyer le Très Haut à ses créatures ici-bas par cette pandémie, essayent de tirer des enseignements de cette terrible épreuve qui perdure, des politiciens et hommes d’affaires aussi inconscients les uns que les autres n’y voient rien d’autre qu’une formidable opportunité pour gonfler davantage leurs comptes bancaires déjà remplis de butins, et pour régler des comptes au passage.
 
Les deals et scandales semblent être à tous les niveaux et à tous les échelons
 
** L’obscurité absolue et prévisible dans l’utilisation des dizaines de milliards de contributions financières versées par les bonnes volontés et donateurs.
 
** L’obscurité absolue et prévisible dans l’utilisation des budgets dégagés ou empruntés par l’Etat pour lutter contre le Covid-19 et ses effets sur les entreprises et les populations
 
** Les deals au niveau des hébergements dans les réceptifs hôteliers. Les mises en quarantaine sont multipliées à dessein, et parfois prolongées, ceci pour justifier davantage de décaissements. Alors que les couts sont faramineux, nous avons tous entendu les internés se plaindre des conditions lamentables des hébergements
 
** Le partage du gâteau dans l’attribution des marchés pour l’achat des denrées alimentaires destinées aux populations fragiles ou démunies. Dans la précipitation, ils ont même attribué 2 marchés de riz pour 18 Milliards à une seule et même personne (d’origine libanaise) qui soumets avec 2 noms de sociétés différentes à peine nées dans ce domaine. Il semble qu’ils sont allergiques à ces sénégalais qui gagnent honnêtement leur vie dans ce métier depuis des dizaines d’années et sans faire de la politique à leurs côtés.
 
** Le partage du gâteau dans l’attribution du marché pour le transport de l’aide alimentaire vers les populations, donné à un député pour près de 2 milliards (probablement plus face à la cacophonie sur le chiffre exact), alors qu’une association de transporteurs s’est proposée de faire le travail gratuitement, moyennant juste la prise en charge des frais réels de carburant et autres
 
** Le refus de mettre les moyens pour une mesure réelle de l’étendue de la contamination dans le pays. On se limite à moins de 2000 personnes testées depuis le cas zéro alors que des milliers d’autres personnes circulent peut-être avec le virus et le propagent.
 
** Une commande de nouveaux assistants respiratoires pour 3 milliards a été annoncée, mais invisibles. Le Sénégal reste limité à ses 10 assistants respiratoires pour la prise en charge des cas graves.
 
** On se vante d’avoir mis les moyens pour guérir 190 patients sur 314 cas déclarés. Alors que d’autres pays ont guéri entre 10 000 et 75 000 patients mais eux se plaignent du faible nombre.
Que ferait le Sénégal s’il se retrouvait avec 100 000 ou 200 000 patients infectés, avec ses misérables 10 assistants respiratoires et petites centaines de lits d’hôpital ? Se vanterait-on d’avoir guéri 190 sur 100 000 patients ?
 
Et bien d’autres scandales aussi inacceptables les uns que les autres en cette période
 
On constate que l’Etat d’Urgence et la Loi d’habilitation sifflaient surtout le « Top Départ » d'un festin macabre, dont le slogan des auteurs peut être remplacé par « Restez chez vous …… pendant que nous festoyons sur votre dos ».
 
Ils n’en ont cure de causer plus de morts que le Covid-19 dus à leurs mesures prises sans accompagnement. Ils n’en ont cure que des commerces et sociétés tombent en banqueroute ou ferment car empêchés par eux de travailler. En fait ils posent des restrictions, durcissent les mesures, créent d’autres tragédies pour détourner la population des forfaits en cours.
 
Les sénégalais ne doivent compter que sur eux-mêmes pour dépasser cette terrible épreuve. Que chacun se préserve au mieux et préserve ses proches, du Covid-19, et du Covid-Business. L’heure des comptes sonnera inexorablement.
 
MARVEL NDOYE
Jeudi 16 Avril 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :