État d'urgence : Les sénégalais félicitent le président Macky Sall et invitent à une application stricte des mesures.



L'état d'urgence décrété par le président de la République Macky Sall est bien apprécié par les citoyens que nous avons rencontrés dans la capitale sénégalaise.

Au centre-ville de Dakar, le long du boulevard de la République, règne une ambiance inhabituelle au sein du grand public. Une circulation fluide sans aucune perturbation d'embouteillage.

Les magasins, les hôtels, les bars, restaurants et les cafétérias sont fermés. Peu de gens circulent en cette période d'état d’urgence.

Des mesures décrétées par le chef de l'État et bien appréciées par El Hadj Cheikh Thiam. « Nous nous félicitons des mesures prises par le président de la République, car c'est une question de santé publique qui se pose et qui dit santé publique parle également de la question sécuritaire. Donc, c'est normal de prendre certaines mesures pour éviter la propagation de la maladie en évitant les nombreux déplacements des populations ».

Embouchant la même trompette, Khadim Ndiaye reste convaincu que seul ce type de mesures aidera à sortir de cette crise. « Je suis persuadé que si on applique les mesures à la lettre, on peut très vite sortir de cette situation catastrophique. Car la maladie ne va plus se propager dans le reste du pays et cela permettra de cerner les foyers de développement de la maladie et de combattre définitivement le virus dans le pays »,  soulignera t-il dans un ton ferme.

De l'avis de Mme Khady Dieng, aucune mesure n'est de trop pour dépasser cette situation. « Aucune mesure n'est de trop pour combattre la maladie, car tout est au ralenti et pire encore, personne n'ose aller dans les lieux de culte comme la mosquée et l'église. On ne pratique plus la prière et c'est regrettable  véritablement », a t-elle laissé entendre.  

Moussa Ndiaye s'attendait lui à des mesures plus rigoureuses que celles décrétées par le chef de l'État, même s'il se félicite de l'engagement du président Macky Sall. « Je crois qu'il fallait durcir davantage les mesures et même aller au-delà de l'état  d'urgence, c'est à dire confiner les gens ne serait-ce que dix jours au moins parce que jusque jusque-là les gens continuent à se rassembler dans les quartiers et certains endroits », soutient Moussa Ndiaye.

Des mesures prises pour se protéger contre la propagation de la maladie au moment où 78 patients atteints du coronavirus sont sous  surveillance médicale. Ces citoyens invitent à  un respect strict des mesures d'hygiène et sécuritaires...
Mardi 24 Mars 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :