Escroquerie foncière : Quand la cupidité conduit une bande de 4 personnes en prison.

Alphonse S, Alioune Nd, Adama S, et Souleymane D. ont comparu ce mercredi 24 décembre 2020, devant le tribunal correctionnel de Dakar pour des faits rocambolesques. Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux en écritures administratives et escroquerie portant sur la somme de 135 millions de F Cfa. Après avoir fait face aux juges ce jeudi, ils devront prendre leur mal en patience avant de connaître le sort qui les attend.


Escroquerie foncière : Quand la cupidité conduit une bande de 4 personnes en prison.
Quant aux faits, il ressort que le sieur Adama s’est octroyé une fausse qualité en se faisant passer pour Ismaël Faĺl, le propriétaire réel d’une parcelle. Pour y parvenir, il s'est procuré une fausse pièce d’identité et un faux bail. Et cela après avoir été informé de l’existence de ce terrain par Alioune Nd. Lequel, dit-il, l’avait informé du décès du propriétaire authentique. Il lui est alors venu l’idée d’usurper l’identité de Ismaël Faĺl et d'établir un faux bail pour vendre le terrain de ce dernier.

Pour arriver à ses fins, il a mis dans le coup Souleymane D. qui s’est présenté sous le nom de Moussa Ndiaye. Ce dernier d’entrer alors en contact avec le sieur Alphonse S. un courtier. C’est ainsi qu’ils ont pu démarcher Mamadou Aliou Diallo qui représentait son frère Alghassimou Diallo demeurant aux États-Unis. À la suite des échanges, ils se sont entendus sur la somme de 135 millions de nos francs pour le prix de la parcelle. Cependant les deux parties ont pris l’option de déclarer la somme de 80 millions comme étant le prix officiel de la vente. Quant aux 55 millions, restants, ils seront payés hors vue du notaire. C’est ainsi que le Sieur Diallo a décidé de quérir les services du notaire Me Hajarat Guèye Faĺl au Point-E. Ce dernier a estimé que les pièces fournis étaient correctes. Ce qui au moins était une erreur. Et c’est après avoir réalisé toute la vente et procédé même à la mutation au nom de l'acheteur que la notaire a découvert, par l’entremise d’un agent du cadastre que celui qui se faisait passer pour Ismaël Fall et qui s’était présenté à elle n’était en réalité qu’un usurpateur. Celle-ci a ainsi porté plainte avant d’aviser le sieur Mamadou Aliou Diallo qui représentait Alghassimou Diallo son frère. Ce dernier d’engager à son tour les poursuites pour escroquerie et association de malfaiteurs. Les mis en cause, entendus, ont tous nié les faits devant la barre.

L’avocat du sieur Diallo, grugé, a dénoncé l’acte posé par les prévenus. Me Sylva, puisque c’est de lui qu’il s’agit s’est insurgé contre les mis en cause qu’il a qualifiés de ‘’personnes de très mauvaise foi’’. Des personnes qui ont vendu à son client 230 m2 sis à Mermoz à 135 millions de F Cfa. Lors de la vente, Adama S. s’est présenté avec une fausse pièce d'identité, a dit l’avocat qui a pointé un doigt accusateur vers le prévenu Alioune Nd. qu’il prend pour ‘’le cerveau de cette affaire’’. ‘’C'est un habitué des faits’’. Une raison pour lui d’inviter le juge à déclarer celui-ci et Adama S. son acolytes, coupables de tous les chefs d'accusation. Et de les ordonner à rembourser la somme de 135 millions de F Cfa. Et ce, en sus d’une somme de 100 millions de F Cfa à verser à son client en guise de dommages et intérêts.

Le ministère public lui, n’y est pas allé par 4 chemins. Convaincu de la culpabilité des prévenus, il a souligné que cette affaire relève d’une véritable bande de malfaiteurs. ‘’Ils se connaissaient tous. Puisque Adama S. vous a dit, devant votre barre, que Alioune Nd. était à la tête de cette affaire parce qu'il a, lors de l'enquête soutenu que Alioune l’a informé avoir repéré un terrain appartenant à une autorité du pays qui serait décédée’’. Pour le délit de faux et usage de faux en écriture administrative, le maître des poursuites a sollicité du tribunal correctionnel, de déclarer le Sieur Adama S. coupable pour faux et usage de faux. Il reproche à celui-ci de s’être fait délivrer plusieurs fois une carte d'identité. Concernant le délit de blanchiment de capitaux, le parquet a demandé au président du tribunal de retenir cette infraction contre Adama S. Car, l’argent qu’il a reçu de cette activité frauduleuse, il l’a utilisé pour acheter une maison et une voiture. Une raison pour le parquetier de relever la culpabilité du sieur Adama pour le délit de blanchiment de capitaux et d'association de malfaiteurs. Concernant le Sieur Alphonse S., invite a été faite aux juges de le relaxer, ne serait-ce qu'au bénéfice du doute.

Pour finir, il a requis 5 ans de prison ferme pour Adama Sarr. Contre 3 ans de prison ferme et une amende d’un million chacun, pour Alioune Nd. et Souleymane D.

Pour défendre Alphonse S., son client impliqué dans cette affaire, Me Abdoulaye Tall a rappelé que celui-ci a eu même à porter plainte pour escroquerie. Ce, afin de recevoir sa part des 5 millions qui étaient destinés aux courtiers. Et que celui-ci a été entendu puis relâché pour dire que son client est ‘’une victime’’, dans cette affaire. Une raison pour lui, de plaider la relaxe de son client au bénéfice du doute.

L’affaire a été mise en délibéré. Et justice devra être rendue le 14 janvier prochain...
Vendredi 25 Décembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :