Erection d’une fédération de lutte : Quand Alioune Sarr esquive par un « oui mais non » !


Dans un entretien collectif et à distance, le président du comité de gestion de lutte (Cng) Alioune Sarr qui était l’invité du club presse de l’Association nationale de la presse sportive sénégalaise (ANPS), ce samedi, est revenu sur la question relative à l’érection d’une fédération de lutte. C’est à travers le réseau social WhatsApp que le docteur Sarr a livré son diagnostic sur l’état de la discipline qui traverse une période de vaches maigres.
 
Dans un premier temps, il reviendra sur le statut juridique du Cng qui de comité d’exception semble plus que jamais s’inscrire dans la durée. Il fera remarquer : « On parle de Comité national de gestion et non d’exception.  Je rappelle que la lutte est passée par toutes ses émotions à savoir toutes les formes de structure (fédération, comité d’exception, les comités tout simplement) et depuis 1994 c’est le Comité national de gestion au Sénégal. Certains l’appellent comité d’exception, mais je voudrais simplement rappeler ce que disait François Bop « tant qu’il serait ministre des Sports au niveau de la lutte et des courses hippiques, il n’y aurait pas encore de fédération ». Etait-il un visionnaire ? Sommes-nous prêts ? Et quand on parle de fédération,  on parle de structure de base. » 
 
Une prise de position ou un état des lieux de la part du Dr Sarr ? Ce qui semble évident c’est que ce dernier cité semble parfaitement s’accommoder de l’actuelle formule qui jusque-là, lui a permis de rester aux commandes depuis près de 27 années successives.
 
Toutefois, Alioune Sarr qui reste droit dans ses bottes estime qu’il y a un préalable qui doit être fait avant de prétendre ériger une fédération. « Avec le CNG, je  l’ai personnellement toujours défendu. C’est à travers les structures de base dans toutes les régions ou dans la majorité des régions du pays qu’il faudrait insister pour pouvoir arriver à une fédération. Je ne veux pas et il faut qu’on se regarde dans les yeux et qu’on se dise certaines vérités. Il ne suffit pas que deux pelés et deux tondus se retrouvent pour dire que j’ai une structure. Et c’est ce qui est en train de faire boitiller la lutte. Beaucoup de nos structures ne sont que de nom. »
 
Telle est l’ordonnance du Dr Alioune Sarr qui a d’ailleurs rappelé qu’il restera à la présidence du Cng tant qu’il s'y sentira utile et bénéficiera de la confiance du ministre de tutelle. Son mandat devrait prendre fin au mois d’octobre prochain, reste à savoir si le ministre des sports, Matar Ba, va le reconduire à la tête du Cng de lutte…
Samedi 13 Juin 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :