Équipe nationale du Sénégal / Le 3-5-2 pose problème mais la première équation d’Aliou Cissé c’est de faire sauter le verrou du bloc bas de l’adversaire


Certes le premier critère pour juger un sélectionneur national c’est le résultat final d’une rencontre ou d’une phase finale de qualification. Tous les inconditionnels du ballon rond n’en disconviennent pas. C’est ce qu’a réussi Aliou Cissé. Il a récolté 4 victoires et 2 nuls dans le groupe I et termine à la première place avec 14 points au compteur. Un groupe faible au regard du palmarès des Lions du Sénégal même si le Congo Brazza a eu un trophée continental. « Les Diables » qui ont pour emblème le Lion n’ont eu que 7 participations et ont gagné celle de 1972. Un groupe que les protégés d’Aliou Cissé ont partagé avec l’Eswatini et la Guinée Bissau.
Néanmoins, il (Congo Brazza) reste une équipe largement à la portée des « Lions » de Aliou Cissé qui ont fait frissonner tout une Nation en voulant se faire humilier par ce « petit poucet » d’Eswatini qui a cueilli très tôt les coéquipiers de Sadio Mané resté sur le banc au début de la rencontre.


N’eût été le vaillant Kouyaté, l’adepte du « Dem ba diékh », le Sénégal allait recevoir l’une des pires humiliations de son histoire. Une première défaite au stade Lat Dior de Thiès infligée par une équipe qui n’a jamais participé à une phase finale de Can, un petit poucet au palmarès vide. Ce match nul, nul, restera au travers de la gorge des millions de Sénégalais qui s’attendaient à une fin de qualification en apothéose avec une belle victoire contre cette équipe qui a osé faire trembler les filets du Sénégal lors de leur défaite à domicile 1-4.


Malheureusement, c’est une fin à plusieurs interrogations. Le jeu est trop décousu et sans fond. Beaucoup me diront que l’état de la pelouse laisse à désirer et le sélectionneur essaie un système de jeu (trop mitigé) avec 1-5-2. Je n’en disconviens pas, mais il faut savoir que les conditions pour réussir ce système trop exigeant ne sont pas réunies : la discipline tactique des joueurs, le choix porté sur les profils pour occuper les différents compartiments du jeu, l’habitude de jouer ensemble, la percussion des deux pistons, la libération rapide du ballon, la clairvoyance et la facilité de mobilité des deux milieux offensifs pour alimenter les deux attaquants et créer un surnombre dans le camp adverse, … trop de couacs notés dans le jeu des « Lions » lors des deux matches surtout contre l’Eswatini.


Car en 90 minutes de jeu, le portier Swazi n’a été inquiété aucunement. Ce qui est gravissime et impardonnable. Le Sénégal avec ces joueurs peinent à percer cette défense d’Eswatini et pis, à domicile. C’est ce petit poucet qui a terminé sa phase en apothéose car ils ont tenu en haleine tout le Sénégal et mis toutes les stars dans une situation inconfortable. D’aucuns me diront que c’est le dernier match et qu’il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. Mais il ne faut pas oublier que le Sénégal est le numéro 1 en Afrique et qu’il doit impérativement battre le petit poucet, montrer sa suprématie à l’image de l’Algérie qui a corrigé le Botswana sur le score de 5-0, l’Egypte qui a laminé les Comores 4-0 ou encore le Nigéria qui a pulvérisé le Lesotho 3-0. C’est ça la marque des grandes équipes.


En tout cas, ce match va laisser des traces et réconforter les plus sceptiques dans leur position de départ. Ce système de jeu ne réussit pas aux « Lions ». Tout le monde sera édifié lorsque le Sénégal va rencontrer les grandes nations de football. Au lieu de tester un nouveau système, l’encadrement technique devrait trouver la clé pour déverrouiller les blocs bas. Ce qui constitue un talon d’Achille. C’est à ce verrou qu’il faut trouver une solution car même Eswatini l’a réussi en 90 minutes de jeu. C’est cette équation x qu’Aliou Cissé doit résoudre avant les phases finales de la Can et avant le démarrage de la qualification du mondial qatari de 2022 que le Sénégal partage le groupe H avec le Togo, le Congo Brazza, la Namibie. Il faut rappeler que c’est le Togo de Shéyi Emmanuel Adébayor qui est venu à Dakar nous empêcher d’aller au mondial Allemand de 2006.
 
Mercredi 31 Mars 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :