Entrepreneuriat/Employabilité : La main tendue des chambres consulaires au profit des jeunes.

Plus d’une semaine de conclave a été nécessaire à la Chambre de commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Dakar (Cciad) et à l’Office national de Formation professionnelle (Onfp) pour la validation des référentiels de qualification des titres pour la filière Btp. Filière choisie pour les jeunes Dakarois, a appris Dakaractu, ce lundi.


‘’À l’issue de 8 jours de travaux qui consistaient à valider les référentiels de qualification des titres pour, notamment la filière Btp, je voudrais réserver mes félicitations, mais également des remerciements à l’Unité de gestion du projet Défi-Archipelago d’avoir mis en avant une démarche inclusive et participative. La Cciad n’entend pas abandonner ces jeunes, dès la fin de ce projet. Nous sommes en train de poser d’autres jalons en appelant l’État à apporter son soutien aux Chambres consulaires, de manière générale, dans sa dynamique. Cela permet, une fois le projet Défi-Archipelago, un accompagnement, une assistance de ces jeunes, à travers des services de l’État comme la Der (Délégation générale à l'Entrepreneuriat rapide). Les autres agences de l’État sont également invitées pour qu’ensemble nous puissions mieux assister les jeunes ciblés pour ces formations prochaines, de sorte qu’ils puissent eux-mêmes, créer leurs propres entreprises et profiter de notre accompagnement pendant, au moins 3 ou 4 ans. Un appui qui leur permettrait d’être des entités viables et compétitives à même d’offrir de l’emploi à d’autres jeunes’’, a déclaré Mbaye Chimère Ndiaye, le Secrétaire général de la Chambre de commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Dakar (Cciad), ce lundi 10 mai 2021
 
Selon lui, des remerciements pour ‘’toutes les parties prenantes présentes à cette rencontre, qui ont travaillé, de main de maître pour aujourd’hui, nous permettre de valider ces référentiels qui constituent des prérequis pour la bonne mise en œuvre ce projet’’, a déclaré M. Ndiaye. C’était lors de l’atelier de validation de ces référentiels de qualification. Une rencontre tenue dans les locaux du Centre de Formation Professionnelle et Technique (Cfpt/SJ) Sénégal-Japon de Dakar pour laquelle ont été conviés des membres du patronat, des organisations syndicales et des professionnels des métiers du Btp. 
 
Début prochain des phases de sélection des jeunes pour démarrer assez rapidement les formations
 
Des honneurs rendus à ces derniers, parce que, dit-il, ‘’le projet Defi-Archipelago, tel que conçu, ces référentiels étaient des préalables. Nous avons opté, à la fin de ces formations que ces jeunes puissent avoir des titres qui seront reconnus. Raison pour laquelle, également, la Cciad a exprimé des remerciements à son partenaire l’Onfp, depuis le début de ce projet qui est co-demandeur. Laquelle structure, de l’avis du Sg de la Cciad, ‘’travaille nuit et jour (à leurs côtés) pour non seulement une réussite de ce projet Défi-Archipelago, mais au-delà. Récemment, renseigne Chimère Ndiaye, l’Onfp et la Cciad ont paraphé une convention de partenariat pour relever, aujourd’hui, tous les défis qui, dit-il, attendent les deux entités. ‘’Aujourd’hui, la formation des jeunes et l’insertion également sont classées au cœur des politiques publiques de l’État, parce que tout simplement, nous sommes confrontés à une demande de travail qui ne cesse de galoper chaque année. Donc, l’un des objectifs phares de ce projet Défi-Archipelago, c’est de promouvoir l’employabilité des jeunes et aussi l’entrepreneuriat’’. 
 
Raison pour laquelle, la Sg de la Cciad a tenu à remercier ces méthodologues qui, avant la tenue de cet atelier, les ont accompagnés à la validation même des Termes de référence. Normalement on devait tenir ces ateliers, après l’Aïd-El Fitr (Korité). Mais, quand même, ils nous ont compris. Parce qu’ils savent qu’aujourd’hui, le temps presse. Nous devons aller très rapidement vers des phases de sélection de ces jeunes pour qu’on puisse démarrer très rapidement la formation. Donc, c’est l’occasion pour moi de les remercier. Mais de remercier également, ceux qui viennent du monde de l’entreprise. La présence des organisations patronales nous rassure, les syndicats également. Et les enseignants, les professionnels qui sont dans les écoles de formation professionnelle et technique, parce qu’au-delà des formations et des centres nous avons opté pour des formations duales. Ces jeunes doivent être sur le terrain, accompagnés et formés par des professionnels du monde de l’entreprise.
 
Ce fut l’occasion pour le Sg de la Cciad, de demander à l’Unité de gestion du projet Défi-Archipelago de projeter, comme elle l’a fait à Dakar, pour une planification au niveau des régions de Diourbel, de Louga et de Kolda qui restaient. Parce que, selon lui, ‘’à la phase de conception la Cciad et l’Onfp ont voulu, toujours mettre en avant cette solidarité, cette démarche de coopération interconsulaire. Donc, ces chambres des régions ont été associées à ces projets, c’est également l’occasion pour remercier les autorités administratives locales qui, selon lui, ont toujours accompagné l’unité de gestion dudit projet pour la phase validation des études mais également les prochaines phases qui consistent à sélectionner des jeunes pour démarrer assez rapidement les formations. 
Lundi 10 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :