Enseignement Supérieur / Reprise des cours le 1er septembre 2020 : Le Saes prédit une "mort impérieuse" si leurs revendications ne sont pas satisfaites.


La conférence nationale du syndicat autonome des enseignants du supérieur des sections de l'ensemble des Campus de Saint-Louis, Dakar, Thiès, Bambey, Ziguinchor, Sine-Saloum et de l'Université virtuelle (Saes) s'est réunie pour émettre des réserves sur la situation des universités et la prochaine reprise en présentiel des cours prévue ce 1er septembre 2020. L'instance statutaire du Saes a dénoncé leur non implication par le ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation qui, selon le secrétaire général du Saes, Cheikh Fall, a décidé d'orienter les bacheliers de 2019 sans tenir compte ni des infrastructures pédagogiques et sociales ni de l'avis des instances pédagogiques.
Ce, dit-il, tel que édicté par la loi de 2015 du 28 décembre 2015.  
Cheikh Fall, exige également l'audit technique de la plateforme du Campusen et rappelle l'autonomie pédagogique des universités.
Pire, regrette, le Secrétaire général du Saes, "les improvisations et les errements notés dans la mise en oeuvre des mesures d'accompagnement virtuelles et fantaisistes annoncées en grande pompe par la tutelle ont mis nos universités dans une situation extrêmement préoccupante". Fort de ce qui précède, le Saes exige la satisfaction de leurs revendications pour éviter "une mort impérieuse des universités". 
Samedi 22 Août 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :