Emploi : « Il suffit d’exiger à toute entreprise ayant bénéficié d’un marché public de prendre un quota de jeunes », (Baïdy Agne, CNP)


Le Conseil présidentiel pour l’insertion et l’emploi des jeunes a été l’occasion pour le secteur privé de souligner l’insuffisance d’emploi des jeunes au Sénégal. Selon Baïdy Agne, représentant du secteur privé et par ailleurs président du Conseil national du patronat, le marché de travail enregistre chaque année plus de 200.000 nouveaux actifs diplômés qualifiés et à faible niveau d’instruction. Comme pour dire que la demande d’emploi des jeunes est si forte.

 

« Il suffit d’exiger à toute entreprise ayant bénéficié d’un marché public de prendre un quota de jeunes »

 

Face au président de la République, Baïdy Agne qui s’exprimait au nom des entreprises privées du Sénégal, a évoqué une liste de sollicitations pour permettre à l’Entreprise de créer davantage d’emplois. 

 

Le secteur privé souhaite, à cet effet, que « chaque département ministériel puisse évaluer l’impact sur l’emploi de sa politique sectorielle et de toutes mesures administratives affectant le secteur productif avant qu’elle ne soit prise. Des engagements d’emploi des jeunes, l’entreprise peut en prendre dans le cadre de l’exécution des marchés publics et des contrats de partenariat public-privé. Il suffit à notre sens d’introduire dans les dossiers d’appels d’offres de nouveaux paramètres ou après attribution d’exiger à toute entreprise ayant bénéficié d’un marché public de prendre un quota de jeunes pour leur formation et leur emploi », explique Baïdy Agne.

 

Le représentant du secteur privé a aussi rappelé la nécessité de «relever le pourcentage d’emploi formel créé chaque année, la répartition de nouveaux contrats de travail par branche d’activités (agriculture, pêche, agro-alimentaire, industrie et industrie alimentaire) qui avoisine un pourcentage de 16%. 

 

Un pourcentage insuffusant sachant que le Sénégal dispose de terre et d’eau. Les projets des agropoles et des zones économiques spéciales viennent à son heure. Il faut accélérer sa mise en œuvre et en faire un régime incitatif à l’investissement privé, un dispositif à haute intensité de main d’œuvre».

 

« 100.000 logements une niche de création de milliers d’emplois pour les jeunes »

 

Il s’est aussi exprimé sur le programme des 100.000 logements qui selon lui, est une «niche de création de milliers d'emplois pour les jeunes si la contractualisation avec les promoteurs privés inclut aussi les conditionnalités de recrutement des jeunes. Nous devons faire les réformes nécessaires pour que ces potentialités de 120.000 emplois dans les pôles se concrétisent, nous pouvons les créer ici... »

 

Le président du conseil national du patronat a par la même occasion fait savoir au président Macky Sall,  la volonté des commerçants à accompagner la migration des emplois informels vers le formel dans le cadre de la réalisation du programme de modernisation des marchés, de la création de nouveaux réseaux de distribution de proximité ainsi que d’espace financier et non financier qui aussi créeront des emplois.

 

Évoquant les ressources naturelles du Sénégal, notamment le pétrole et le gaz, Baïdy Agne estime que les perspectives en 2023 sont encore beaucoup plus grandes avec l’économie qui va se générer. Ainsi, dit-il, le secteur privé s’est engagé vers un nouveau mode de production, de consommation et de création d’emplois pour soutenir les jeunes.

Jeudi 22 Avril 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :