Emmanuel Macron aux obsèques du maréchal Déby : « Je partage le deuil d’un ami et d’un allié fidèle car vous avez été parmi les premiers à répondre (…) pour défendre l’Afrique contre le terrorisme ».


C’est un discours d’adieu empreint de reconnaissance et de considération pour l’engagement dans la lutte afin d’asseoir une paix dans le continent que le président français, Emmanuel Macron a tenu à N'Djaména où il prend part aux obsèques, ce 23 avril, du Maréchal Idriss Deby Itno tué lundi, au front.

« Je partage le deuil d’un ami et d’un allié fidèle car vous avez été parmi les premiers à répondre aux pays de la région pour défendre l’Afrique contre le terrorisme armé au Sahel en 2013, à venir au secours de vos frères maliens aux côtés de la France. Vous avez estimé que votre devoir commun était de lutter contre cet obscurantisme qui menaçait et menace encore les États de la région et leurs populations dans leur liberté, dans leur existence même, dans leur dignité. Depuis 8 ans, ce sont plusieurs milliers de nos soldats qui luttent âprement côte à côte partout dans le Sahel », a soutenu le président de la République française. Pour Macron, la mission du Maréchal visait à la préservation et à la stabilité territoriale.

« Cher président, cher maréchal, cher Idriss, nous voilà réunis devant votre dépouille après 3 décennies à la tête de votre pays et tant de combats livrés avec bravoure. Les batailles que vous avez menées, je vous cite, ont toujours eu pour finalité la défense de l’intégrité territoriale de la patrie, la préservation de la stabilité et de la paix, la lutte pour la liberté, la sécurité, la justice. Vous avez vécu en soldat, vous êtes mort en soldat,  les armes à la main »,  a dit le président français.

Dans ses hommages Emmanuel Macron a fait part de la détermination du disparu à prendre les armes non pas parce qu’il aimait la guerre, mais pour l’instauration d’un climat de paix dans son pays voire dans la région.

« Vous avez connu la guerre mais vous ne l’aimiez pas, car vous en connaissez trop bien les horreurs, elle était pour vous, l’ultime devoir de défendre sa patrie, la préserver des menaces extérieures et vous êtes allé au bout de cet engagement sans faillir et vous avez donné votre vie pour le Tchad pour la défense de ses citoyens et de ses citoyennes », a relevé Macron. Pour ce dernier, dans chaque éloge exprimé pour honorer la mémoire du défunt maréchal, ce n’est pas seulement la douleur des proches qui se fait entendre, famille, frères d’armes, amis étreints par la douleur de perdre un être cher, mais l’hommage au chef d’Etat qui savait défendre au-delà de tout les intérêts de son pays, de son continent et qui forçait le respect de tous, amis comme ennemis.

Face à la famille d’Idriss Déby et devant le peuple tchadien, Emmanuel Macron a confié partager le deuil d’une nation touchée dans sa chair par le sacrifice de son premier soldat. 
Vendredi 23 Avril 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :