Emigration clandestine : La ministre Néné Fatoumata Tall dévoile les chiffres de l'ANPEJ et tend vers le renforcement de l'employabilité des jeunes.



L'effet de la pandémie a participé à influencer les jeunes au départ, il s'y ajoute la pression sociale. Ce sont les raisons avancées par le ministre de la jeunesse Néné Fatoumata Tall pour expliquer l'immigration clandestine. L'État n'est pas resté les bras croisés car relève le ministre, le président de la République, Macky Sall a fait de la jeunesse une surpriorité et a fait des efforts conséquents pour les accompagner dans leur épanouissement.

Les efforts consentis en faveur des jeunes à travers l'Agence Nationale pour l'Emploi des Jeunes (ANPEJ) a fait l'objet de rappel ce 3 décembre lors du projet de vote du budget du ministère de la jeunesse.

En effet, l'institution a fait d'importantes réalisations à en croire le ministre Néné Fatoumata Tall qui a exposé les résultats devant les parlementaires. Selon elle, 315 entreprises ont été prospectés, 15.502 jeunes sont formés en entrepreneuriat et 9. 568 demandeurs d'emploi ont été insérés, a-t-elle fait savoir.

Sous ce même registre, le ministre a confié que 1.113 stages hors convention réalisés en plus des 35 Cdi délivrés et 3 centres de formation à l'auto emploi sortis de terre entre autres réalisations. Le budget 2021 du ministère de la jeunesse a été voté par les parlementaires.

Il est arrêté à 100,004 milliards Fcfa en autorisation d'engagement et 17,569 milliards Fcfa en crédits de paiement répartis entre 4 programmes notamment l'Education à la citoyenneté et promotion du volontariat, la protection sociale des jeunes et promotion de leurs groupements, le programme socioéconomique des jeunes et enfin le pilotage, coordination et gestion administrative.
Vendredi 4 Décembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :