Elections présidentielle 2019 à Thiès : Les raisons d’une défaite récurrente de BBY dans la capitale du rail.


Elections présidentielle 2019 à Thiès : Les raisons d’une défaite récurrente de BBY dans la capitale du rail.
Ce sont pour la plupart des Ministres, Pca, Hommes d’affaires et chefs d’entreprise qui sont présents dans la région de Thiès pour représenter la coalition Benno Bokk Yakaar.

La victoire éclatante de la coalition « IDY2019 » avec à sa tête Ndaamal Kadior est,  selon le quotidien «Le Témoin», à travers l’avis de certaines voix, « favorisée par l’hypocrisie de certains lieutenants du chef de l’État dans cette zone. » 

Ces responsables politiques qui sont dans la mouvance présidentielle, sont non seulement battus dans cette région sur laquelle, ils sont supposés avoir une mainmise, mais aussi, ils ont laissé le principal rival du président sortant s’emparer de la commune.

 

Privilège du département au profit de la ville.

 

La question est de savoir quelle est le principal manquement qui a conduit, encore une fois, à la défaite de la coalition Benno Bokk Yakaar à Thiès? La réponse devra prendre en considération divers aspects.

D’abord, interpellés à travers les lignes de notre source « Le Témoin »,  les jeunes qui sont au niveau de la Cojer (Coordination des jeunesses républicaines) estiment « qu'il n’y a pas par exemple un responsable du calibre de Amadou Ba, ministre des finances, au niveau de la ville. Mais aussi, le fait qu’il y ait le privilège du département au détriment de la ville où les gens sont loin d’être dans les dispositions de gagner. Les  maires, en plus de leur statut de premiers magistrats, ont tous des postes de responsabilité au niveau étatique. » À en croire, toujours ces jeunes républicains, « Le président Macky Sall, compte tenu des résultats qu’il attendait de ses représentants de la région de Thiès, n’a pas accompagné suffisamment la capitale du rail où se trouve son principal challenger. » Surtout qu’il devait depuis le départ de l’ancien ministre de l’énergie, Thierno Alassane Sall, régler le problème lié au leadership dans la commune. »

Selon toujours notre source, certains observateurs estiment que le président sortant  est responsable de sa propre débâcle. Selon ces observateurs, « l’obsession d’avoir un 2ème mandat au point qu’il ne pouvait plus  ou même ne voulait plus discerner les «habiles tromperies» que lui font certains de ses souteneurs qui ne le sont en réalité que de noms.

 

 Revoyez votre entourage Monsieur le Président !

 À l’élection présidentielle de février passé, la région de Thiès a été largement remportée par l’ancien collaborateur de Wade, Ndaamal Kadior, infligeant ainsi une défaite sans précédent à la coalition Benno Bokk Yakaar.

À travers notre source toujours, la coordinatrice de la section locale du réseau des enseignantes et enseignants de l’APR, Maty Senghor Bèye, se désole de la situation du réseau «qui a été zappé des fonds de campagne pour la présidentielle.» Elle estime que cela relève d’un «problème organisationnel.» Face au gap de plus de 30.000 voix dans la ville et 20.000 à l’échelle départementale, Mme Bèye, selon « Le Témoin », évoque plusieurs facteurs qui expliquent la contre-performance de la coalition BBY, mais elle estime «  que s’il y avait un minimum d’organisation, l’écart ne serait pas à ce niveau et cela, même si l’adversaire bénéficiait d’un vote affectif ».

Par ailleurs, le président du mouvement national «  And suxalli Sénégal », Mouhamed El Habib Niang porte un œil critique sur le fonctionnement de la mouvance présidentielle au niveau de Thiès et dénonce l’envergure de la situation clanique qui sévit dans cette région. Mais aussi, «  le manque de considération  aux mouvements de soutien qui sont souvent marginalisés. »

Selon le patron du service du cadastre du département de Pikine, « il est aujourd’hui, plus que jamais, nécessaire que toutes les forces vives de la coalition Benno Bokk Yakaar s’assoient autour d’une table pour voir ensemble, comment régler le problème de manière définitive. »

C’est une urgence pour lui, car, il est inconcevable que « le président déploie beaucoup de moyens pour aider les responsables locaux et que finalement cela retombe dans les mains de la coalition orange d’Idrissa Seck », s’offusque le responsable de Benno à Pikine dans les lignes de notre source.

 

 
Vendredi 15 Mars 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :