Égalité des droits de l'homme : Les soninkés réclament l’éradication du « Lada », une coutume ancestrale


L’Association pour l’égalité et le progrès des soninkés (Asseps) est plus que jamais déterminée dans l’éradication du « Lada ». Des coutumes dont l’application aboutit à l’instauration de la suprématie d’une classe dite supérieure sur une autre inférieure. En collaboration avec la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho), ladite association a tenu un point de presse, ce mercredi, pour alerter les autorités, l’opinion nationale et internationale sur l'existence  pratiques aux antipodes des normes élémentaires de respect des droits de l'homme. 

Ainsi, dénoncer les coutumes ancestrales de la communauté soninké de la sous-région ouest africaine reste leur combat fort. Dans le but de favoriser une meilleure sensibilisation l'Asseps et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (Raddho) ont décidé d'agir par la vulgarisation afin de trouver des solutions dans la paix et le respect mutuel. 

 
À en croire Seydou Moyé Sidibé, porte parole de ladite association, «le quotidien de certains membres de la communauté soninké catalogué "castés" est rythmé par des brimades, des vexations et des privations de droits. À titre d'exemple, dans plusieurs villages, ces derniers sont même interdits de postes de responsabilité au sein de la société».


«Cette vie en communauté est en déphasage avec les progrès de l'humanité, les engagements internationaux et communautaires du Sénégal ainsi que les textes internes garantissant les droits fondamentaux des citoyens sénégalais», ajoute-t-il. 


Ainsi, ladite association dénonce ce système, qu’elle considère, rétrograde et que la nouvelle génération supporte de moins en moins. Cette conception féodale de la société favorise régulièrement des tensions.
Mercredi 9 Janvier 2019
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Lettre à une soeur...

Lettre à une soeur... - 25/06/2019