Éducation sexuelle, 2ème vague de Covid-19 / Cheikh Mbow sans réserve : « Notre école doit évoluer sur des valeurs fortes et intrinsèques... Il nous faut tirer les conséquences de la 1ère vague pour... »


Avoir un système éducatif performant mais se conformant aux règles, normes et valeurs que nous avons toujours connues, restent les préoccupations des acteurs de l'Éducation, particulièrement ceux de la société civile. C'est en effet, le directeur exécutif de la coalition des synergies pour la défense de l'Éducation qui fera le point sur ce projet qui est depuis quelques jours alimenté dans le secteur de l'éducation.

Dans un entretien accordé à Dakaractu, le directeur exécutif de la Cosydep sera en phase avec les autres syndicalistes qui estiment que "ce projet d'introduction de l'éducation sexuelle" n'a pas sa place dans le système éducatif sénégalais. " Nous devons avoir notre souveraineté en matière d'éducation. Nos valeurs, réalités et coutumes ne nous permettent en aucun cas d'épouser ce projet". Aussi, Cheikh Mbow fera savoir que le Sénégal a le droit de suivre son propre agenda comme tout autre organisme ou institution internationale.

Il est vrai qu'en matière d'éducation, le soutien mutuel entre États est tout à fait normal, toutefois, chaque pays devra respecter les normes de l'alignement aux valeurs et réalités de chaque pays.

Cheikh Mbow évoquera en conséquence, l'impérieuse question des assises nationales de l'éducation et de la formation tout en estimant que c'est la meilleure option pour régler globalement et de façon définitive plusieurs équations sur le système éducatif.

Le deuxième point évoqué dans l'entretien est la recrudescence des cas de covid-19 notée depuis le mois de décembre et qui n'exclut pas les élèves, exposés. En effet, marquant son inquiétude sur cette deuxième vague, le directeur exécutif de la Cosydep juge impératif, de multiplier les efforts de guerre sanitaire : " l'École doit survivre à cette pandémie. 4 millions d'apprenants, ce n'est pas un nombre réduit", considère le directeur Cheikh Mbow. 

Ainsi, pour cette deuxième vague, il faudra analyser la lutte dans plusieurs domaines : il faut munir l'école de matériel conséquent pour mieux faire face à la pandémie, également faire un suivi sur le terrain pour s'assurer de la bonne exécution de la distribution du matériel sanitaire. Il faut également l'accompagnement de l'État du Sénégal, même si, souligne Cheikh Mbow, "il faut se féliciter de ces 5 millions de masques déjà annoncés".

Cependant, il est nécessaire, pour le directeur exécutif de la Cosydep, de tirer les leçons de la première vague pour mieux gérer cette nouvelle à laquelle nous faisons face. Il est donc clair que l'école devra se départir définitivement de ces questions primaires telles que le manque de toilettes, d'eau, d'insécurité etc...
Mardi 12 Janvier 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :