Économie : «Le secteur privé doit améliorer sa performance, sa productivité et sa compétitivité pour faire face à l’ouverture des frontières» (Amadou Hott)



« Le gouvernement du Sénégal œuvre à mettre en place les dispositifs adéquats pour l’implication accrue du secteur privé dans la dynamique d’émergence. Ainsi, pour les cinq prochaines années, l’Etat entend renforcer le dispositif d’appui technique et financier au secteur privé national lui permettant d’accéder aux services financiers adaptés en vue de participer à la création de richesse et d’emplois» a annoncé le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération du Sénégal, Amadou Hott.
 
Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération du Sénégal qui présidait la cérémonie d’ouverture de la réunion d’information, de partage des connaissances et de mise à niveau en matière de Développement du Secteur Privé des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Acp) a aussi fait savoir que le «Sénégal va également poursuivre les réformes visant l’amélioration du climat des affaires pour consolider les résultats fort appréciables obtenus». Ce qui, selon Amadou Hott, constitue une parfaite illustration du dernier rapport Doing Business de la Banque Mondiale.

Pour le ministre, il demeure évident que «le secteur privé doit améliorer sa performance, sa productivité et sa compétitivité pour faire face aux nouveaux défis de l’ouverture des frontières portés par les accords de libre-échange. Dans cette perspective, il est heureux de noter que l’UE a fait du soutien au secteur privé un pilier essentiel du 11e FED et y consacre des ressources importantes en vue du renforcement de l’accès aux marchés pour les petites et moyennes entreprises. Ces ressources devraient servir à soutenir la transformation structurelle de nos économies en perspective de l’entrée en vigueur de la ZLECAF».
 
«L’organisation de ce business forum constitue assurément une très grande opportunité à saisir par le secteur privé. Ce, en vue d’obtenir des informations précises, pertinentes et détaillées sur les principaux instruments de financements mis à leur disposition. C’est également une occasion pour partager nos expériences, diffuser les bonnes pratiques et favoriser le dialogue entre acteurs», explique Amadou Hott. Qui reste, toutefois, convaincu que les objectifs visés seront largement atteints vu la pertinence des thèmes proposés, l’expertise des personnalités invitées et des possibilités de réseautage.
Mercredi 6 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :