Economie : Le Cnp s’offusque de la faiblesse des moyens octroyés au secteur privé


Les acteurs du secteur privé national ne digèrent pas encore le montant qui leur est octroyé par l’État. Et cela, ils ont tenu à le faire savoir aux autorités étatiques représentées par le ministre du Budget Birima Mangara, mais aussi à Mme Marie Laure Akin Olugbadé, directrice générale Afrique de l’Ouest de la Bad (Banque africaine de développement). C’était à l’occasion de la présentation de la revue à mi parcours du portefeuille de la Bad, à Dakar, ce lundi 1er octobre 2018.
 
Le colonel Mbareck Diop, Secrétaire général du Syndicat professionnel du Btp, par ailleurs, membre du Comité national du patronat (Cnp), a porté leur parole pour s’insurger contre le montant dérisoire qui leur revient face au secteur public. Pour preuve, au moment où celui-ci gagne plus de 500 milliards de nos francs, c’est presque le cinquième qui est revenu à ses collègues du privé, a-t-il confié à Dakaractu.
 
M. Diop a en outre déploré vivement, les barrières érigées devant les nationaux concernant les projets d’envergure. Il a aussi pesté contre l’État qui les prive des grands projets au profit d’entreprises étrangères. A l’en croire, il y a une absence effective d’implication du secteur privé, d’où son appel en faveur de ‘’la division en petits lots, des grands projets pour permettre aux petites entreprises de pouvoir bénéficier de ces marchés nationaux ’’ Il a dénoncé les contraintes qui écartent d’office les entreprises nationales et a appelé à l’instauration ‘’de critères moins sélectifs’’, ainsi qu’une ‘’confiance aux entreprises nationales’’.
 
Il a en définitive, salué la promotion des ‘’joint-venture’’ qui veulent que les entreprises étrangères puissent collaborer avec celle locales pour la réalisation de projets au Sénégal.
Lundi 1 Octobre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :