Écolage dans le privé : L'intersyndicale des enseignants invite les parents d'élèves à des concertations.


Les acteurs de l'enseignement privé affectés comme tout autre secteur par la pandémie du covid-19, ont voulu interpeller l'autorité sur leur situation financière critique. Le syndicat national des enseignants catholiques du Sénégal, l'Union des enseignants du privé laïc de même que le Sudes, sont des syndicats regroupés dans ce contexte de crise sanitaire pour appeler les autorités à prendre en main le sous-secteur de l'enseignement privé qui est profondément affecté.

Ils concidèrent que le milliard qui leur est déjà occtroyé pour faire face à la crise, est loin de combler les besoins des enseignants. En plus, les deux milliards qui vont être rajoutés, ne couvriront guère leurs frais. Ainsi, ils estiment qu'il est temps d'éclairer l'opinion sur cette situation.

Par ailleurs, les syndicats du privé invitent les parents à beaucoup plus de coopération, mais également de compréhension. "Quand mon enfant ne fait pas de cours, il ne paiera pas". C’est certes une position légitime mais qui, selon le secrétaire national de l'Office national de l'enseignement catholique du Sénégal, n'empêche pas également de penser à cette utilité des frais de scolarité qui demeurent pour les enseignants, une question de survie. 

Selon Charles Biagui, "il faudra poser cette question mais l’évoquer bien entendu avec les parents d'élèves qui ont toujours été de bons collaborateurs."

Dans ce même ordre d'idées, Yvette Keïta Diop, déclare que "l'enseignement n'a du reste jamais été arrêté car, il y'avait l'enseignement à distance. Toutefois nous devons nous concerter avec les parents pour avoir un consensus fort sur cette question..."
Mardi 1 Septembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :