Echec des dispositifs pour l’emploi : Une jeunesse sénégalaise « anxieuse », « abandonnée » et « sans horizon » (Etude Timbuktu Institute)


Echec des dispositifs pour l’emploi : Une jeunesse sénégalaise « anxieuse », « abandonnée »  et « sans horizon »  (Etude Timbuktu Institute)

Sur ce sujet largement débattu ces derniers jours et qui a été remis au cœur de l’actualité par ces centaines de jeunes qui veulent quitter leur pays au péril de leur vie, nous aimerions partager quelques éléments issus d’une étude non encore publiée et intitulée : "Jeunes, partis et participation politiques : Enquête sur les perceptions des jeunes à l’égard de la vie et du leadership politiques au Sénégal"

 

Le discours politique émanant des hauts responsables de l’Etat donnerait l’impression de l’instauration d’une véritable politique de jeunesse avec une batterie de mesures et d’agences créées dont la vocation serait la promotion de l’emploi et la facilitation des démarches pour l’entrepreneuriat.

 

Une étude menée par Timbuktu Institute à la veille et au lendemain des élections présidentielles de 2019, notamment sur les attentes des jeunes par rapport au leadership politique (pouvoir comme opposition) révélait déjà le malaise profond au sein de la jeunesse. L’enquête-pilote qui a couvert Dakar, Mbour, Touba et Vélingara a montré que les jeunes sénégalais n’ont jamais été aussi « inquiets » et « anxieux » pour leur avenir avec de fortes disparités entre la capitale Dakar et l’intérieur du pays. C’est avec de tels adjectifs que les jeunes eux-mêmes se décrivent dans leurs réponses

 

« Les jeunes ignorent l’existence des dispositifs étatiques d’insertion »

 

L’étude est largement revenue sur les dispositifs mis en place par l’Etat dans le domaine de l’emploi et de l’insertion des jeunes. Ces derniers semblent ignorer ces dispositifs et leur fonctionnement. Près de 77,3 % en moyenne les ignorent totalement avec des disparités entre les grands centres urbains et l’intérieur du pays.

 

D’abord, à titre d’exemple, le taux de ceux qui déclarent ignorer l’existence de dispositifs étatiques en matière d’emploi à Mbour et à Touba est respectivement de 84.4% et 83.6 % ;  est de  pendant qu’une écrasante majorité se déclare insatisfaite des conditions d’éligibilité peu transparentes à leur avis.

 

Ensuite, malgré toute la communication étatique accompagnant les actions de ces structures au niveau national, un constat non moins important est fait : les jeunes ignorent quasi totalement (77,3% en moyenne) les services auxquels s’adresser pour rechercher du travail surtout à Mbour et à Touba qui enregistrent respectivement les plus forts taux (84,4% et 83,6%).

 

En plus du fait que même les jeunes connaissant ces dispositifs étatiques en déplorent la « politisation faisant toujours la « part belle aux militants du parti au pouvoir », ces structures comme l’ANPEJ qui a été citée, ressembleraient selon la plupart d’entre eux à des agences « sans grande utilité ». Quant aux dispositifs mis en place avec la coopération internationale, ils ont peu de visibilité auprès des jeunes et certains d’entre-eux ont, spécifiquement, évoqué le PRODAC qui devait fournir des emplois dans l’agriculture comme un exemple de projets qui n’ont « servi à rien malgré les annonces politiques » d’après leurs termes.

 

« Les jeunes sont majoritairement insatisfaits de la politique étatique en matière d’emploi et d’insertion socioéconomique »

 

La tendance globale est à l’insatisfaction des jeunes par rapport aux différents dispositifs de l’Etat dans le domaine de l’emploi et de l’insertion socioéconomique. Le taux d’insatisfaction assez préoccupant varie selon les villes. Ce taux de jeunes insatisfaits de la politique gouvernementale en matière d’emploi qui devrait interpeller les pouvoirs politiques est de 55% à Dakar et l’écart se creuse par rapport aux régions : 69 % à Mbour, 72 % à Touba, jusqu’à 88 % à Vélingara dans le sud du pays.

 

Pourtant le Sénégal, a l’avantage de bénéficier d’une population jeune au même titre que nombre de ses voisins. Ce constat voudrait dire que le pays pourrait tirer profit de cette jeunesse et pour soutenir un développement socio-économique. L’âge médian y est évalué à 18 ans et la population active représente 54%.  

A l’intérieur du pays, les conditions de vie des jeunes sont encore plus précaires et le taux de chômage y est généralement beaucoup plus important.

 

Certes, pour faciliter l’accès des jeunes au monde du travail, des structures ont été mises en place pour accompagner les jeunes dans la recherche d’emploi. C’est  le cas de l’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (ANPEJ) chargée de gérer la question de l’emploi. Parmi ses missions principales, figure la mise en place d’ « un système intégré d’information et de suivi des groupes cibles sur le marché du travail » et la facilitation des « conditions d’accès à un emploi aux jeunes et groupes cibles ».

 

Le gouvernement est en ce sens interpellé pour n’avoir pas pu fournir assez d’efforts sur le front de l’emploi avec des jeunes qui jugent insuffisants ses efforts (72,3%). Vélingara enregistre le plus fort taux de réponses négatives (88%) à la question « Pensez-vous que le gouvernement actuel fait suffisamment d'efforts sur le front de l'emploi ? »

Pour 59,5% des jeunes, ils se déclarent peu convaincus des capacités des politiques à améliorer les conditions de vie.

Il ressort, aussi, de cette analyse que les jeunes désespèrent de manière générale surtout en matière d’emploi et d’insertion socioprofessionnelle. Mais, il faut reconnaître que l’acquisition préalable d’une formation quel que soit le domaine et/ou la poursuite d’études sont de nature à faciliter l’accès au monde du travail.

 

En même temps que l’enquête montre un certain désespoir de la part des jeunes quant à leur insertion socioprofessionnelle, leurs réponses sur la scolarisation prouvent qu’une avancée significative a été faite par l’Etat du Sénégal dans ce domaine. Ainsi, ils  déclarent à une écrasante majorité (88,25%) avoir été scolarisés contre 11,75% qui disent le contraire.

 

Le tri croisé du statut de scolarisé des répondants et leur perception des efforts gouvernementaux montre une plus grande hostilité des jeunes non scolarisés (77,75%) -comparés aux jeunes scolarisés- envers l’action du gouvernement en termes d’emploi.

 

Est-ce synonyme de paradoxe ou un espoir porté sur les dirigeants et les politiques malgré tout ? Ou bien, la catégorie des non scolarisés présenterait encore plus de vulnérabilités socioéconomiques est issue surtout des régions de l’intérieur moins favorisées que le centre ? En tout cas, selon les témoignages des jeunes, les autorités publiques sont interpellées et appelées à multiplier leurs efforts dans ces circonstances où ils jugent assez négativement leurs actions au point de les critiquer de manière aussi systématique. L’insatisfaction des jeunes par rapport au système politique de manière générale et leur manque de confiance vis-à-vis de la classe politique remarquée dans la partie quantitative s’est confirmée suite aux entretiens semi-directifs et avec plus d’explications au-delà du simple rejet manifesté par les militants ou citoyens de base.

Jeudi 26 Novembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :