Eau / Assainissement : Les attentes des spécialistes après l’attribution du contrat d’affermage à Suez


L’histoire du contrat d’affermage perdu par la Sde (Sénégalaise des Eaux) au profit de la compagnie Suez tarde encore à être rangée dans les tiroirs. Des acteurs du secteur eau et assainissement ont aujourd’hui donné leur position ferme concernant cette affaire qui a valu à la Sde de déposer des recours, sans succès. Réunis dans le cadre d’une plateforme des organisations de la société civile intervenant dans ledit secteur (Poscea-s), ils ont exprimé leur seul intérêt dans cette affaire de contrat d’affermage.
 
« Pour ce qui est de la Sde et de cette histoire d’affermage, ce qui nous intéresse dans cette histoire ce n’est pas celui qui aura la gestion de l’eau. Ce qui nous intéresse, c’est de savoir si la société qui va venir va réaménager. Si on respecte les termes de référence, et qu’on ne procède pas à une hausse des prix de l’eau qui existent actuellement ? Si on voit qu’il y a un début d’anarchie dans le secteur en ce moment-là on va se prononcer ! Mais pour le moment, on ne peut juger une structure qu’on n’a pas encore vu à l’œuvre. Que cela soit la Sde ou autre, ce sont toutes des sociétés privées qui cherchent des bénéfices. La Sde, si elle n’avait pas de bénéfice, ne resterait pas au Sénégal. Mais, la Sde c’est quoi ? C’est juste un business de banques et de financiers. Ce n’est même pas une société spécialisée dans le traitement de l’eau qui est derrière », a dit Malal Touré, par ailleurs directeur de Enda Eau –population.
 
Ces acteurs qui ont initié une conférence de presse, ce jeudi 29 novembre 2018, ont procédé au lancement de ladite plateforme. Une occasion pour Babacar Guèye, membre du comité de coordination de ladite structure de relever les raisons qui ont poussé ses semblables, spécialistes des questions hydrauliques et assainissement, à former un cadre.
 
« Aujourd’hui, les raisons de la mise en place de cette plateforme c’est de contribuer aux politiques publiques en matière d’hydraulique et d’assainissement. C’est-à-dire mettre cette expérience acquise au profit des populations. Toutes les organisations concernées ont été prises en compte en mettant cette plateforme. En tant qu’acteur des questions liées à l’hydraulique et à l’assainissement on a eu à discuter de cette affaire. Ce qui nous intéresse, c’est le service, la qualité, mais aussi de savoir si la population aura une eau de qualité en quantité suffisante et au prix abordable. Je pense que c’est là où la société civile se positionne par rapport à cette question. Moi je pense que chaque acteur doit jouer son rôle », a-t-il confié.
 
 
 
 
Ibrahima Kane, membre aussi de ce comité, a quant à lui indiqué que « l’histoire de la Sde est d’ailleurs une situation préoccupante. Situation qui concerne les populations et demeure ainsi une préoccupation pour eux les acteurs. Il a en outre, signalé que ses pairs et lui suivent cette question de près sans pour autant prendre de position ».
Vendredi 30 Novembre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :