ETATS-UNIS : Après l'inculpation de Michael Flynn, les surprenantes réactions de Donald Trump

Le président américain a martelé, samedi 2 décembre, sur Twitter et de vive voix, que son ex-conseiller à la Sécurité nationale Michael Flynn, inculpé la veille pour avoir menti au FBI dans l'affaire des ingérences russes présumées, n'avait rien commis d'illégal pendant la période de transition. Pourtant, l'équipe de campagne de M. Trump est soupçonnée de collusion avec la Russie et expliquait, depuis février, que M. Flynn avait agi en franc tireur en tissant des liens avec Moscou entre la victoire du républicain et son arrivée à la Maison Blanche.


L'enquête sur l’ingérence de la Russie lors de la dernière présidentielle américaine a pris une nouvelle dimension vendredi. L'ancien militaire Michael Flynn, proche de Donald Trump durant la campagne électorale, a été inculpé par le procureur spécial. Et surtout, il semblerait prêt à collaborer avec la justice. Jusqu’à ébranler Donald Trump par ses révélations ? Celui-ci a répété samedi qu’il n’y avait pas eu de collusion avec Moscou pendant la campagne et la transition.

« J'ai dû limoger le général Flynn parce qu'il a menti au vice-président et au FBI. Il a plaidé coupable de ces mensonges. C'est triste parce que ses actions pendant la transition étaient légales. Il n'y avait rien à cacher ! », a-t-il écrit sur Twitter, s'exprimant pour la deuxième fois de la journée - et pas la dernière - sur cette enquête potentiellement explosive qui touche désormais le premier cercle de son entourage.

Donald Trump semble, avec ce message, admettre qu'il savait que son ex-conseiller à la Sécurité nationale avait menti au FBI. Un point très sensible puisqu'à l'époque du départ de Michael Flynn, seul le fait qu'il ait menti au vice-président Mike Pence sur la teneur de ses échanges avec l'ambassadeur russe avait été mis en avant par la Maison Blanche.

La relation entre Donald Trump et Michael Flynn fait l'objet d'une attention toute particulière depuis l'éviction brutale en mai dernier du patron du FBI par le président. Dans une audition début juin devant le Sénat, James Comey avait en effet affirmé que Donald Trump lui avait personnellement demandé d'enterrer une enquête visant Michael Flynn.

« J'espère que vous pourrez trouver une façon d'abandonner cela, de lâcher Flynn. C'est un homme bien », aurait dit le président à James Comey le 14 février dans le Bureau ovale, au lendemain du limogeage de M. Flynn. Samedi matin, pressé de questions par les journalistes, il a réaffirmé qu'il n'y avait eu « aucune collusion » entre son équipe de campagne et la Russie. Il a assuré ne pas être inquiet de ce que Michael Flynn pourrait révéler aux fédéraux.

Malgré tout, son message posté sur twitter samedi matin a créé encore plus de confusion et mis ses avocats dans l’embarras. Aux yeux de certains experts, les mots employés par le président sont un nouvel indice montrant qu’il a bien tenté d’entraver la justice en début d’année, quand il a cherché à protéger son éphémère conseiller à la Sécurité nationale. Ce serait déjà un crime grave, mais Donald Trump ne cherchait-il pas alors surtout à se protéger lui-même ?

La collusion de sa campagne avec la Russie pourrait être difficile à prouver formellement, mais le président américain aura en tout cas du mal à faire croire que Michael Flynn a agi en franc tireur et que son inculpation ne préoccupe pas la Maison Blanche. Des échanges de courriels publiés samedi par le New York Times montrent que les contacts étaient étroits entre l’ancien général et l’équipe de M. Trump. Dans ce contexte, nouvelle salve de tweet samedi soir.

Cette fois, le président américain joue la contre-attaque, sa tactique favorite, rappelle notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier. Selon lui, sa rivale démocrate Hillary Clinton a fait bien pire que Flynn, et c’est donc sur elle qu’on devrait enquêter. Le système est truqué ou fonctionne à deux vitesses, selon lui. « Pas de justice ! », conclut, rageur, Donald Trump, comme s’il était encore un citoyen lambda et Hillary Clinton, installée dans le Bureau ovale.
Dimanche 3 Décembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :