ENTRETIEN AVEC BASSIROU DIAKHATÉ (Hcct) : ' Quiconque cache au Président les difficultés de Touba est contre le Président... Avec Macky, les amis d'hier sont bousculés... Wade agit suivant les intérêts de son fils. '

Neveu du Khalife Général des Mourides et membre du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, Serigne Bassirou Mbacké Diakhaté, dans son entretien avec Dakaractu, a tenu à démonter, pièce après pièce, les arguments de ceux qui disent au Président Macky Sall que tout va bien à Touba. Il a aussi abordé la question du dialogue politique, commentant les dernières attaques de Wade contre le Chef de l'État, non sans oublier d'apporter un démenti par rapport à certaines allégations qui font croire que le Hcct est une institution budgétivore et inutile.


Dakaractu : Qu'est-ce-qui vous lie au Président Sall ?
 
Un contrat de confiance qui date de très longtemps. Je me rappelle avoir fait partie de ceux à qui il a rendu visite avant d'être Président de la République. J'ai été par la suite approché par Moustapha Cissé Lô, Baye Maguette Diakhaté... Je l'ai soutenu à travers ''Macky 2012'' en tant que leader d'ADS. 
 
Vous êtes de Touba. Et c'est à Touba que votre allié rencontre le plus de problème.
 
Puisque vous parlez de Touba, permettez -moi de saluer et de  remercier le Khalife Général des Mourides, qui est mon guide spirituel et par ailleurs, mon oncle parce que partageant avec ma mère le même père. Je voudrais saluer aussi son porte-parole Cheikh Bass Abdou Khadre.
 
Par rapport à votre question, je crois que le miinistre de l'intérieur a déjà fini de faire le bilan du Président Macky Sall à Touba. Ce que Cheikh Bass Abdou Khadre a reconnu et apprécié. Cependant, tout n'est pas rose.
Les problèmes de Touba sont les mêmes depuis plusieurs décennies. Et ces problèmes sont l'eau, l'électricité, l'assainissement, le social. Quiconque cache au Président les difficultés de Touba est contre le Président. En tant qu'allié, je voudrais attirer son attention sur les misères que vivent les populations de la cité religieuse. Malheureusement, il n'y a personne pour les lui conter. Eh bien, c'est parce qu'il a de nouveaux amis. Il accorde visiblement beaucoup d'égards aux nouveaux venus au détriment de ses premiers collaborateurs qui sont  seuls censés lui dire la vérité, telle qu'elle est.  
 
Qu'est-ce qui vous fait dire cela ?
 
Les audiences, telles qu'elles sont déroulées lorsqu'il vient à Touba montrent à suffisance, qu'il y'a une mauvaise gestion du personnel politique local. Les soutiens d'hier accèdent difficilement à lui.  Et cela ne se passe qu'à Touba. Nous qui sommes de Macky 2012 vivons le même désarroi. Et quand on parle, on nous accuse de chercher quelque chose. Ce qui n'est pas le cas. Nous voulons juste poursuivre la collaboration sur des bases claires et solides et non être jetés en pâture.
 
Et pour revenir sur les problèmes à Touba ?
 
Oui, après l'eau, l'électrification, il y a par ailleurs, l'assainissement. Et, pour ce qui concerne l'assainissement, il y a nécessité de procéder à des études très profondes. Je pense que ceux qui sont chargés de ficeler les programmes pour Touba manquent d'ambition sur tous les plans. Ce n'est pas normal que tous les ans, Touba soit confrontée aux mêmes problèmes. Les inondations reviennent tous les hivernages. Des solutions d'ordre structurel s'imposent.
 
Touba, le Président Macky et 2019... Ça donnera quoi selon vous ?
 
Les choses peuvent être compliquées même si les dernières élections législatives ont été moins sévères pour lui. Il a été noté une avancée conséquente en termes de voix pour la coalition Présidentielle. Seulement, ce sera difficile tant qu'il y a ce noyau dur, tel un lobby, qui s'accapare du Président et qui ne lui sert presque pas à grand chose. Et encore, tant que les populations ne se sentiront pas soulagées de leurs calvaires quotidiens, c'est comme s'il mettait des coups d'épée dans de l'eau.
Il y aussi cette mise à l'écart incompréhensible des petites filles de Serigne Touba qui semblent ne bénéficier d'aucune attention de la part des autorités étatiques. Aucune descendante de Serigne Touba n'est prise en considération dans rien.  Même si elles quittent le bas monde, leurs familles ne reçoivent pas des condoléances. Et c'est dommage ! Permettez-moi d'insister dessus. Ces femmes sont des porteuses de voix par excellence du fait de leur rôle d'éducatrice. Nous gagnerons à les associer.
Le  Président Wade était justement à Touba. Et il a beaucoup critiqué le Président Sall. Pour lui, celui-ci a endetté le Sénégal et cela pourrait déteindre négativement sur le paiement des salaires. Qu'en dites-vous ?
 
Wade est très intelligent politiquement. Mais n'oublions pas qu'il avait dit que les salaires ne seraient plus payés après les trois premiers mois de gestion Mackyste.  Et finalement rien de ce qu'il prédisait n'eut lieu, dans ce sens. Ce qu'il ne sait pas, c'est que les données ont changé avec Macky. Il ne peut plus avoir cette maitrise qu'il avait de notre économie. Il est loin des affaires. Par conséquent, ces allégations ne peuvent plus reposer sur quelque chose de précis.
 
Et, le dialogue politique, il semble qu'il n'en veut pas ?
 
Wade peut toujours dire  quelque chose et agir suivant des axes différents. Tant que les affaires de son fils sont en jeu, il agira suivant des calculs politiques. Il dialoguera si dialoguer peut lui apporter quelque chose et profiter à son fils.
 
Vous êtes du Hcct. Cette institution est accusée d'être budgétivore et inutile.
 
Cela ne fait qu'un an que le Haut conseil des collectivités territoriales existe. Au Sénégal, quand on n'est pas dans quelque chose, ce quelque chose est toujours mauvais. Laissez-moi vous dire que nous abattons un travail colossal. Il suffit d'être dedans pour connaître toutes les difficultés de toutes les localités du Sénégal. Nous émettons des avis pertinents capables de mener vers des solutions. Et puis parmi nous, il y a des anciens ministres, des inspecteurs, des professeurs, des hommes d'affaires, des chefs religieux...
 
 
 
Dimanche 12 Novembre 2017




Dans la même rubrique :